Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 24 juin 2019 - 11h33
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Activités culturelles > Chroniques de la Grande Guerre > La bataille de Loos-en-Gohelle

La bataille de Loos-en-Gohelle

C’est par le témoignage publié par l’abbé Campagne, curé de Loos-en-Gohelle, durant la Première Guerre mondiale que nous apprenons l’arrivée de la cavalerie allemande dans le village, le 4 octobre 1914.

Après cette invasion, de nombreuses familles ont préféré le chemin de l’exil et Loos s’est peu à peu vidée de ses habitants, pour bientôt se transformer en théâtre de sanglants combats.

Le funeste plan de bataille des Alliés

À la suite de la conférence de Calais du 6 juillet 1915, Français et Britanniques se sont engagés à coordonner désormais leurs actions militaires, en espérant rencontrer le succès.

Joseph Joffre est convaincu qu’un effort sur la région de Lens-Arras serait décisif pour l’issue de la guerre. Lord Horatio Kitchener, secrétaire d’État britannique de la Guerre – le seul homme politique à avoir été persuadé dès l’origine de la longueur du conflit, et qui a en conséquence levé une armée de volontaires et de territoriaux –, ordonne au général John French de se mettre, lui et ses hommes, à disposition du général français.

En août 1915, les plans d’attaque de ce qui deviendra la bataille de Loos sont arrêtés. La situation, dans ce secteur, est stabilisée : les Allemands occupent le centre du village, avec le puits de la fosse 15 comme point stratégique, surnommé "Tower Bridge" pour sa ressemblance, réelle ou supposée, avec le monument londonien ; les Britanniques sont disposés en face, et s’appuient sur le terril de la fosse 5 de Loos.

Les difficultés, elles, sont bien là : au nord, le terrain est plat, ce qui va laisser aux ennemis tout loisir de voir les troupes alliées arriver ; près d’Auchy-les-Mines, la dénivellation est fortifiée par les Allemands ; les tranchées allemandes d’Hulluch sont surélevées ; Loos, enfin, est une cuvette, dont la côte verrouille la sortie. Les Alliés sont conscients que les pertes seront nombreuses et que les premiers à attaquer y laisseront la vie.

Les cornemuses écossaises pour jouer la marche funèbre

Les opérations sur Loos débutent le 20 septembre, les obus font trembler la terre, mais c’est à compter de la nuit du 25 que les combats s’intensifient. Vers 6 h du matin, les gaz de combat sont utilisés pour la première fois par les Britanniques (après les Allemands le 22 avril, à Ypres) : le chlore ne se diffuse pas comme prévu, notamment à cause du vent et des dénivellations du terrain, et finit par empoisonner les Alliés eux-mêmes.

C’est sous une pluie battante que les combats ont lieu. Le curé de la paroisse de Loos parle de l’enfer ; obus, feux de salve, de mitrailleuses, grenades s’abattent sur le village. Les Écossais attaquent au son de la cornemuse, Scotland the brave est joué pour leur donner du courage. De nombreux bataillons disparaissent en totalité : en raison de la rapidité avec laquelle il a fallu les organiser, certains sont composés exclusivement d’étudiants venus d’universités prestigieuses : l’Écosse ainsi, perd en quelques minutes, ses jeunes hommes les plus prometteurs.

Après avoir soigné les siens, l’armée britannique s’occupe également des soldats allemands blessés, forcée en quelque sorte par ses propres recrues, plusieurs officiers anglo-saxons, fils de juifs allemands naturalisés avant guerre, ayant sollicité l’autorisation d’aider ces cousins-ennemis.

À 8 h du matin, le 25, Loos tombe aux mains des alliés, Anglais et Écossais ; les Allemands se retirent et quittent le centre du village ; c’est l’accalmie, même si des snipers allemands, toujours présents dans les étages des maisons, se battent jusqu’à leur capture. Dans le tableau cauchemardesque de Loos en ruines, Émilienne Moreau, l’héroïne de la ville, descend du toit de l’école communale où elle s’était réfugiée, en dépit du danger, afin de servir à boire aux soldats britanniques.

Les Britanniques, épuisés, en oublient de défendre certains quartiers de Loos, qui sont aussitôt réinvestis par les Allemands. Du 26 au 30 septembre, ceux-ci bombardent sans aucun répit. Le matin du 26, à 9 h et 11 h, débute un nouvel assaut britannique. Les combats sont, de part et d’autre, une véritable boucherie. Le 28, le général French annonce, par télégraphe, à son homologue français que ses réserves sont épuisées. Les échecs des offensives, lancées des deux côtés jusqu’au 30, sonnent la fin de la bataille de Loos ; chacun campera désormais sur ses positions.

Une boucherie qui ne sonne finalement pas le glas du conflit

Le bilan humain est lourd pour tous les belligérants. Les Britanniques font le compte de 15 800 tués ou disparus et de 34 580 blessés ou gazés ; les Allemands, quant à eux, dénombrent 5 000 tués ou disparus et 14 500 blessés ou gazés.

Loos a extrêmement souffert, toutes les maisons sont rasées, l’église n’est plus qu’un tas de briques. 4 % du territoire loosois reste aux mains allemandes : le front stabilisé ne bougera plus avant le 17 août 1917, date à laquelle les Canadiens libèrent Loos, malgré là encore de lourdes pertes.

Cet épisode majeur de la Première Guerre mondiale que constitue la bataille de Loos est aujourd’hui encore omniprésent sur le terrain. Le 14 mars 2014, vingt soldats britanniques, dont les corps avaient été retrouvés à l’emplacement du Bois Rasé, lors des travaux de construction de la prison de Vendin-le-Vieil, ont été inhumés dans le Loos British Cemetery. Ils avaient trouvé la mort les 25 et 26 septembre, 99 ans auparavant.

Evénements relatifs

Photographie noir et blanc d'Émilienne Moreau qui porte un chapeau sombre rehaussé d'un voile.

4 juin 1898 : naissance d’Émilienne Moreau-Évrard, dite Émilienne la Blonde ou Jeanne Poirier

Émilienne Moreau-Évrard est née le 4 juin 1898 à Wingles. Sa famille s’installe en juin 1914 à Loos-en-Gohelle où son père, ancien mineur...

Le 4 juin 2019 Lire la suite
Portrait noir et blanc d'un jeune soldat.

Le 27 septembre 1915 : mort de John Kipling

John Kipling, né le 17 août 1897, fils du célèbre écrivain britannique Rudyard Kipling et de Car...

Le 27 septembre 2015 Lire la suite

Bibliographie

  • C. JUPON, Loos-en-Gohelle dans la tourmente, août 1914 – août 1917, éditions des Échos loossois, 1996. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHB 5614/9 ;
  • abbé Campagne, L’année tragique à Loos-en-Gohelle sous l’occupation allemande, éd. A Lequin, 1916. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHA 611/10 ;
  • Mémoires de guerre, Pas-de-Calais, XXe siècle, Comité d'histoire du Haut-Pays, t. XI, 1999. Archives départementales du Pas-de-Calais, PC 1424/11.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits