Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 23 juillet 2019 - 17h57
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Activités culturelles > Chroniques de la Grande Guerre > Marraines de guerre

Marraines de guerre

Face aux tourments de la guerre, le poilu puise espoir et réconfort dans les nouvelles qu'il reçoit des siens restés à l'arrière. Mais quand un soldat n'a plus de famille ou qu'il se trouve isolé sur le front, qui pour lui remonter le moral et l'aider à endurer l'horreur du quotidien ?

C'est dans ce but qu'est créée la première œuvre de marraines de guerre, La Famille du soldat, le 11 janvier 1915 à Angers.

La France, une grande famille

Confiants et insouciants, tels sont les qualificatifs utilisés traditionnellement pour décrire les soldats partant à la guerre "la fleur au fusil", à l’aube de ce qui sera l’un des conflits les plus meurtriers de tous les temps.

Malheureusement, cette gaieté est de courte durée, et l’enlisement dans le conflit, autant que dans la boue des tranchées, va fortement affecter le moral des troupes. Dans ces conditions, un réconfort des plus efficaces est la réception de lettres ou de cartes postales, au bas desquelles le combattant peut lire des paroles chaleureuses : tes parents qui t’aiment ou ta bien-aimée qui t’embrasse.

Seulement, bon nombre de soldats n’ont, soit plus de famille, soit pas de nouvelles de la leur, parfois piégée dans les tourments de l’exode. C’est ainsi que, le 11 janvier 1915, naît à Angers la première œuvre de marraines de guerre, La Famille du soldat, créée par Marguerite de Lens (ou Delens).

Le principe est de mettre en relation épistolaire des femmes, les marraines, avec les hommes du front, leurs filleuls, afin de leur apporter soutien et force. D’autres associations similaires voient le jour, comme celle de Mme Bérard, Mon Soldat, soutenue par le Ministre de la guerre Alexandre Millerand. La presse joue un rôle important dans ces actions dont elle fait la publicité, gratuite qui plus est.

D’autres journaux proposent des initiatives plus lestes : en mai 1915, Fantasio fait paraître une rubrique baptisée Le flirt sur le front qui veut mettre en relation les hommes de l’avant avec les femmes de l’arrière. L’opération connaît un tel succès que le journal ne peut y faire face et doit l’arrêter dès le 15 novembre. Mais la revue La Vie parisienne reprend le flambeau le 4 décembre suivant, ce qui lui vaut quelques mois plus tard de remplir de larges colonnes d’annonces.

Le patriotisme sur fond de gaudriole et d’espionnage

L’objectif premier de cette action est, à ses débuts, patriotique ; les associations sont de bonne morale et tenues par des dames que l’on pourrait garantir de haute vertu.Il s’agit de rappeler l’unité nationale en s’appuyant sur la notion de famille : chaque Français en est membre et la solidarité prime.

Alors que les premières annonces sont publiées solennellement dans des journaux catholiques, le phénomène prend une telle ampleur qu’il finit par devenir l’agence matrimoniale de la Grande Guerre.

Les moralisateurs, quant à eux, crient au scandale et c’est bientôt la fin du concept de marraine de guerre ; les médisances, le temps passant, les candidatures de jeunes femmes au poste de marraines se font de plus en plus rares.

En ce qui concerne l’armée, le concept de marraine suscite la méfiance. Les craintes de la Grande Muette sont que, derrière d’innocentes jeunes femmes patriotes se cachent, en fait, des espions de l’autre camp.

Des officiers français vont d’ailleurs finir par sonder la moralité et la fiabilité de certaines marraines. Pour leur part, les Britanniques interdisent, tout simplement, les missives entre leurs militaires et les marraines françaises. Certaines analyses modernes émettent l’hypothèse d’une pensée machiste : l’outrecuidance des femmes à écrire librement à des hommes, sans la surveillance d’un tuteur.

La reconnaissance des marraines par la patrie

Néanmoins, l’idée de parrainage a fait son chemin et, vers 1920, des campagnes d’adoption de villes sont lancées : des villes et villages dévastés deviennent les filleuls de villes se situant en régions non sinistrées, qui leur envoient de l’argent, des colis de vêtements ou de nourriture. Marseille est ainsi la marraine d’Arras et lui offre 900 000 francs ; ce concept s’étend même internationalement, puisque Huddersfield (Grande-Bretagne) devient la marraine d'Havrincourt ou Evercham celle d'Hébuterne.

Finalement, après toutes ces calomnies, le plus bel hommage de la mère-patrie à ces femmes sera le retour des marraines de guerre en 1939 lors de la seconde guerre mondiale.

Evénements relatifs

Lithographie monochrome montrant une femme coiffée d'un bonnet phrygien portant un drapeau, appuyée sur un blason entouré de griffons. À ses peids, une corne d'abondance. Au second plan, une femme entourée de ses enfants.

Le 6 juillet 1916 : les villes marraines

Reprenant une idée du sénateur Édouard Herriot, relayée par le député Adolphe Buisson, le Petit...

Le 6 juillet 2016 Lire la suite

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits