Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 18 août 2019 - 05h02
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Activités culturelles > Un document à l'honneur > Au hasard de l'état civil...

Au hasard de l'état civil... Deux hermaphrodites à Fruges et Conchy-sur-Canche

La sous-série 3 E (registres paroissiaux et d’état civil) recèle parfois de vraies curiosités. Voici deux exemples, l’un tiré des registres paroissiaux de Conchy-sur-Canche, l’autre de l’état civil de Fruges, qui traitent tous deux d’hermaphrodisme.

Un "hermaphrodite vrai"

Augustine-Joseph Pacquaut est née le 13 mai 1756, fille de Thomas Pacquaut et de Marie-Angeline Delatre. En marge de son acte de baptême, on trouve l’annotation suivante : Il est a remarquer que led. enfans a esté visitée par le sieur Pierre Deflesselle, maitre chirurgien de cette province d’Artois, et quy a soussigné avec moy, led. Deflesselle a reconnue que led. enfans estoit née hermaphroditte tesnant plus de la nature de l’homme que de la femme. A Conchy ce 15 de may 1756.

Il existe plusieurs types d’hermaphrodisme. Dans ce cas, il semblerait qu’Augustine fût ce que la médecine nomme un "hermaphrodite vrai", c'est-à-dire qui présente des organes génitaux masculins et féminins, puisque les particularités anatomiques de cet enfant furent décelées dès sa naissance. Ce type d’hermaphrodisme est extrêmement rare, on estime aujourd’hui qu’il concernerait une naissance sur 100 000 !
On comprend que le sieur Deflesselle, maître chirurgien de la province d’Artois, fût appelé pour constater cette anomalie génétique pour le moins inaccoutumée.
Vingt mois plus tard, Pierre Deflesselle contresigne en qualité de témoin l’acte de sépulture de Augustin-Joseph Pacau, fils de Thomas et de Marie-Angeline Delattre.

Acte de baptême d'Augustine-Joseph Pacquaut

Lan de grace mil sept cent cinquante six et le treize de mai a été baptisé par moÿ maitre Antoine Francois Devis pretre curé de Conchy soussigné, une fille née le même jour sur les quatres heures du matin, du legitime mariage de Thomas Pacquaut et de Marie Angeline de Latre ses pere et mere, laquelle fut nommée Augustine Joseph par Nicolas Haquet et Elizabeth Joseph Damiens ses parain et maraine et ont signé avec moÿ les jours et an susdits. Hacquet, Elisabethe Josephe Damien, Devis pr. curé de Conchy.

Nota : il est a remarquers que led. enfans a estée visitée par le sieur Pierre Deflesselle, maitre chirurgien de cette province dartois et quy a soussigné avec moy, led. Deflesselle a reconnue que led. enfans estoit née hermaphroditte tesnant plus de la nature de lhomme que de la femme.
A Conchy le 15 de may 1756.

Acte de décès d'Augustin-Joseph Pacau

Lan de grace mil sept cens cinquante huit et le treize de janvier est decedé Augustin Joseph Pacau ager de vingt mois fils de Thomas et de Marie Angeline Delattre. Son corps fut innumé le lendemain dans le cimetiere de cette paroisse de Conchy par moy maitre Antoine François Devis pretre curé dud. lieu en presence de Pierre Deflesselle et de maitre Jacque Renversé tesmoins avec moy soussigné led. jour et an susd.

Deflesselle, Renversé, Devis pr. curé de Conchy.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 E 234/1.

Comment expliquer ce changement de sexe ?

Le 13 mai 1756, lors du baptême, décision fut prise (par qui ?) de lui donner le sexe féminin. Or, deux jours plus tard, maître Deflesselle affirme qu’elle tient "plus de la nature de l’homme que de la femme". Ce peut être une raison qui expliquerait qu’on l’enterra sous le nom d’Augustin.

Et comment justifier la présence du chirurgien lors du décès d’Augustin(e) ? Est-il simplement revenu constater la mort et éventuellement procéder à une autopsie afin d’enrichir ses connaissances médicales ?
Ou aurait-il effectué une intervention chirurgicale dans le but de "réparer" cette erreur de la nature, opération aux conséquences tragiques sur la santé de son patient ?
Toutes les hypothèses restent envisageables.

Un "pseudo-hermaphrodite"

Notre deuxième document concerne un autre type d’hermaphrodisme, dit "pseudo-hermaphrodisme", puisqu’on ne sembla pas s’en apercevoir de suite.

Par décision du tribunal de Montreuil du 3 janvier 1849, Marie-Reine-Josèphe Courtois devint officiellement Alexandre-François Courtois à l’âge de 29 ans.
On peut imaginer les obstacles que durent endurer ces personnes, dans une société qui les considérait comme anormales. Alexandre-Marie Courtois dut faire preuve d’une grande détermination pour oser modifier son état civil. À la même époque, Herculine Barbin, écrivain et hermaphrodite célèbre, fit la même démarche, mais se suicida peu de temps après, laissant derrière lui une émouvante autobiographie qui présente la difficulté d’être intersexe.

Aujourd'hui encore, même dans des pays au niveau de vie élevé, des études mettent en évidence que les hermaphrodites sont malheureusement trop souvent déconsidérés et ont peu ou n’ont pas de réseau de soutien efficace du fait de la rareté de leur situation. Il faut dire que ce sujet encore trop rarement abordé laisse souvent perplexe.

Acte de naissance d'Alexandre-François Courtois

L'an mil huit cent vingt, le vingtième jour du mois de janvier, devant nous Christophe Massier, Maire officier de l'état civil de la commune de Fruges, canton dudit, département du Pas-de-Calais, arrondissement de Montreuil, est comparu le sieur François Delbarre, faiseur de bas, domicilié à Fruges, âgé de trente deux ans, lequel en vertu de la procuration spéciale et authentique du sieur Alexandre Courtois, soldat au deuxième bataillon de la deuxième légion du Pas-de-Calais, maintenant en garnison à Arras, âgé de vingt deux ans, passée par devant notaire audit Fruges le vingt six septembre dernier et enregistrée le deux octobre mil huit cent dix neuf, de lui paraphée et annexée au présent registre, lequel nous a déclaré qu'aujourd'hui six heures du matin, il est né en la maison du sieur Jacques Courtin, ménager, audit lieu un enfant naturel du sexe féminin, né de Julie Courtin, âgée de vingt six ans, domiciliée audit Fruges et dudit sieur Alexandre Courtois et auquel il donne les noms et prénoms de Courtois Marie Reine Josephe ; lesdites présentations et déclarations faites en présence de sieur Hubert Braure, secrétaire de la mairie, âgé de vingt trois ans, Pierre Joseph Foubert, garçon appariteur, âgé de trente six ans, tous deux domiciliés audit Fruges qui ont signé ainsi que ledit Delbarre avec nous après lecture.
H. Braure, Delbarre, Foubert, Massier.

Par jugement du tribunal de Montreuil-sur-Mer du trois janvier mil huit cent quarante neuf, enregistré, il a été ordonné que le véritable sexe de l'enfant dénommé ci-contre qui est le sexe masculin y sera substitué au sexe féminin qui y a été indiqué par erreur et que les prénoms de Marie Reine Josephe seront remplacés par ceux d'Alexandre François qui conviennent mieux au sexe de Courtois. La présente mention faite à Montreuil le six janvier 1849 par le greffier soussigné.
Boitel.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 E 364/13.

Articles relatifs

Liens externes

Adélaïde Herculine Barbin, "Mes souvenirs", publié par Ambroise Tardieu dans Question médico-légale de l'identité dans ses rapports avec les vices de conformation des organes sexuels, Paris, 1874, rééditions Le Boucher, 2002, 90 pages. Texte librement téléchargeable sur le site de l'éditeur.

Commentaire(s)

antoinette lerot, arras :

parents personne née en 1896 de lerot pierre son pere et guignard estelle ére
le 16-02-2016 à 18:19:40

catherine lornier, 55 ans, calais :

hermaphrodisme Les hommes ont encore beaucoup d'efforts à faire pour accepter la ou les différences de leurs contemporains. Y arriveront-ils un jour ?
le 26-03-2013 à 19:17:44

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

La question ci-dessous nous permet de vérifier que ce formulaire n’est pas rempli par un automate. Merci d'y répondre.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits