Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 22 novembre 2019 - 17h34
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Activités culturelles > Un document à l'honneur > Découverte du premier gisement houiller dans le Boulonnais

Découverte du premier gisement houiller dans le Boulonnais Les prémices des concessions minières dans le Pas-de-Calais

La légende veut que la découverte de la houille dans le Boulonnais remonte aux années 1660 : c’est à cette époque que le soc de la charrue d’un cultivateur de Réty aurait heurté un affleurement existant près du bois des Roches (à l’ouest d’Hardinghen et de Réty). Mais c’est à la fin du XVIIe siècle que l’on trouve trace d’écrits confirmant l’exploitation des mines de charbon : la première fosse, dite Cavrel de Tagny, est ouverte en 1692 et abandonnée l’année suivante.

Nécessité et débuts de l’exploitation houillère dans le Pas-de-Calais

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, de nombreux forages sont réalisés sous l’impulsion du pouvoir souverain qui encourage fortement la prospection et l’utilisation du charbon de terre pour faire face à la raréfaction du bois. Dans l’inventaire de la série C des archives départementales (malheureusement presque intégralement disparue en 1915), on relève ainsi que les États d’Artois ont résolu d’accorder en 1768 50 000 livres aux entrepreneurs qui seront parvenus à trouver une mine de charbon de terre dans la province, laquelle somme ne sera payée que lorsque cette mine sera mise en pleine exploitation (analyse de l’article C 660). Car, bien que quelques gisements soient mis à jour dans le Boulonnais, la pauvreté des veines empêche une exploitation à grande échelle, comme celle initiée par la toute puissante compagnie d’Anzin, créée en 1757 dans le Valenciennois sous l’égide du prince de Croÿ.

Les concessions boulonnaises ne suffisant pas à l’approvisionnement local, la région demeure longtemps tributaire de la production du Hainaut français et des Pays-Bas méridionaux, qu’elle fait venir à grands frais. D’où la nécessité de découvrir de nouveaux gisements sur ce territoire. Les premières fouilles sérieuses en Artois sont entreprises en 1747, à Pernes, par la société de Louis-Joseph de Villers. Mais l’absence de résultat conduit peu après à l’abandon du projet.

Les concessions d’Hardinghen et de Fiennes

Bien que l’extraction dans le bassin d’Hardinghen soit restée relativement faible au XVIIIe siècle (inférieure à 5 000 tonnes par an), plusieurs entrepreneurs se disputent la primauté des recherches dans ce secteur : la duchesse d’Uzès, fille du duc de Montausier, autorisée par arrêt du Conseil d’État du 16 juillet 1689 à extraire sur tout le territoire français ; Philippe du Cavrel de Tagny, sieur de Réty et d’Austruy, par traité du 16 avril 1692 (auteur de la première fosse recensée) ; Louis-Marie-Victor d’Aumont, gouverneur du Boulonnais, par arrêt de septembre 1692, obtient aussi ce privilège, sous réserve d’accord amiable avec les propriétaires des terrains fouillés.

À sa suite, son fils Louis-François d’Aumont, duc d’Humières, s’associe au comte de Bucamp, ainsi qu’à Jean-Antoine et François-Joseph Desandrouin, frères du vicomte Jean-Jacques Desandrouin, fondateur de la compagnie d’Anzin. La prospection houillère est une affaire de famille chez les Desandrouin : Gédéon, leur père, est l’un des premiers en Europe à se lancer dans cette entreprise avec ses forages en Belgique vers 1680.

Le 1er février 1720, les frères Desandrouin obtiennent l’autorisation d’établir une verrerie à Hardinghen. Mais le décès prématuré de Jean-Antoine en 1722 laisse François-Joseph seul aux commandes. Il rachète alors la jouissance des mines d’Hardinghen au duc d’Humières en 1730 et en continue l’exploitation. Puis, il fusionne sa concession avec celle de Réty et, à sa mort un an plus tard, son frère Jean-Pierre hérite d’une compagnie florissante.

Mais la concurrence ne tarde pas à se manifester. En 1735, Gaspard-Moïse-Augustin de Fontanieu, seigneur et marquis de Fiennes, présente une requête au roi et ouvre plusieurs fosses sur son territoire de Fiennes. La délimitation des terres des deux rivaux étant mal définie, les conflits ne tardent pas à éclater jusqu’à l’arrêt du Conseil d’État du 26 mai 1739 qui fixe une ligne de démarcation entre les deux concessions, matérialisée par la route menant de Marquise à Hardinghen. La région au nord de la route échoit à Fontanieu, alors que Desandrouin conserve le sud, là où se trouvent les fosses d’Hardinghen.

Jean-Pierre Desandrouin décède le 29 mai 1764, léguant l’exploitation à son neveu François-Joseph-Théodore, fils de Jean-Jacques, futur député aux États généraux en 1789 (consulter Cinquante figures du Pas-de-Calais pendant la Révolution). Jusqu’aux années 1810, la compagnie reste aux mains des Desandrouin et de leurs associés.

De la Révolution à l’industrialisation

Dans les années 1792 et 1793, une pénurie de combustible résultant de la suspension des importations de charbon étranger en France pousse le gouvernement à s’intéresser au sujet. Il charge alors Joseph Lebon de réquisitionner le charbon des mines d’Hardinghen contre dédommagement. Sous la conduite du commissaire Delaplace, la houille extraite sert à approvisionner les villes aux frontières.

Peu de temps après, en juin 1812, la concession de Fiennes est abandonnée, après une lente agonie. Il faut attendre décembre 1840 pour qu’une fusion avec sa rivale de toujours, Hardinghen, la fasse revivre. Ce sursaut d’activité ne prendra guère d’ampleur car on ne tarde pas à découvrir le riche gisement houiller du bassin lensois dans les années 1850, grâce notamment au perfectionnement de l’outillage de fond et au choix plus judicieux de l’emplacement des recherches. L’activité des mines du Boulonnais durera néanmoins jusque dans les années 1950 malgré les faillites fréquentes des différentes sociétés.

Lettre du duc d'Aumont du 4 avril 1720 adressée à Monsieur de Colembercq

À Paris ce 4e avril 1720

Je vous escris la présente lettre, Monsieur,
par le sieur Desandrouin qui vient d’obtenir
le privilège d’une verrerie dans le Boulonnois
par la consommation du seul charbon ; comme
l’establissement n’en peut estre que très utile
dans mon Gouvernement et que d’ailleurs je le
connois pour un très honeste homme et qui a
déjà acquis de la considération par ses services
dans les armées, je ne puis trop vous recommander
de luy rendre tous les services qui dépendent du
commandement et, personnellement, tous les bons
offices qu’il peut attendre de l’amitié que je vous
demande pour luy et pour sa famille, estant bien
aise de le porter de plus en plus par des marques
d’une protection particulière à faire le bien du païs

et à tirer de son establissement, où il est juste de
le maintenir par les égards et les préférences
que mérite son zèle et sa probité, tous les
avantages possibles par le commerce des ouvrages
à la fabrication desquels il doit s’employer
incessamment. Il vous rendra compte de ses
arrangemens pour l’exécution de son entreprise. Je
suis, Monsieur, plus parfaittement à vous
qu’à moy mesme. [signé] Le duc d’Aumont.

 Archives départementales du Pas-de-Calais, 80 J 20.

Evénements relatifs

Plan manuscrit représentant les mines d'Hardinghen.

Le 16 juin 1916 : réouverture des mines de charbon d’Hardinghen

La Première Guerre mondiale provoque une grave pénurie de charbon, alors même que les grands bas...

Le 16 juin 2016 Lire la suite
Portrait noir et blanc de trois-quart d'un homme moustachu.

18 juillet 1916 : décès de Ludovic Breton

Personnalité que tous les Calaisiens surnomment le "Père du tunnel sous-marin", l’ingénieur Ludo...

Le 18 juillet 2019 Lire la suite

Bibliographie

  • G. DUBOIS, J.-M. MINOT, Histoire des mines du Nord et du Pas-de-Calais. Album souvenir. Tome I (des origines à 1939-1945), 1991. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHD 759
  • MM. FÈVRE, CUVELETTE, Notice géologique et historique sur les bassins houillers du Pas-de-Calais et du Boulonnais, 1900. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHB 315
  • A. OLRY, Topographie souterraine du bassin houiller du Boulonnais ou bassin d'Hardinghen, 1904. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHD 293

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

La question ci-dessous nous permet de vérifier que ce formulaire n’est pas rempli par un automate. Merci d'y répondre.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits