Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 28 avril 2017 - 06h29
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Activités culturelles > Un document à l'honneur > Les sanctuaires à répit : l’exemple de Mory

Les sanctuaires à répit : l’exemple de Mory

Publié par Hélène Basset, membre du service des classements et chargée de recherches administratives et Jean-Marc Dissaux

Le document transcrit ci-dessous, daté du 31 mars 1739, a été trouvé dans le registre paroissial de Mory (Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 E 594/1). Il s’agit de l’acte de sépulture d’une fille venu morte au monde, donc privée de baptême. Ayant été portée au calvaire d’Arras, où elle a donné plusieurs signes de vie, cette enfant a pu néanmoins être baptisée (avant de mourir définitivement). Son corps pouvait donc être inhumé en terre sainte et non dans un coin du cimetière, et son âme était désormais promise au paradis, au lieu d’errer dans les limbes.

Les miracles de ce genre (enfant mort-né qui ressuscite quelques instants pour recevoir le baptême) n’étaient pas tout à fait exceptionnels à cette époque. On connaissait déjà l’exemple de Febvin-Palfart (1683), présenté par Pierre Gombert dans Histoire et Mémoire ( 56, décembre 2008). Mais cette "résurrection" ne pouvait se produire que dans certains endroits bien particuliers, connus sous le nom de "sanctuaires à répit". Dans le cas présent, il s’agit du "calvaire d’Arras".

Ce monument, édifié en 1677 par la ville, se trouvait au sommet de la porte Notre-Dame, au Pont-de-Cité, à la limite entre la ville et la cité. Le 19 mars 1738, une guérison miraculeuse avait eu lieu lors d’un pèlerinage au Christ de ce calvaire, exposé dans l’église des jésuites (Marie-Isabelle Legrand, paralysée à la suite d’une chute, avait soudainement retrouvé l’usage de ses membres). Le bruit de cet événement s’était très vite répandu dans la région d’Arras et, dans les mois suivants, le calvaire était devenu le centre d’un pèlerinage très fréquenté. Dans ces conditions, on comprend que des habitants de Mory aient eu l’idée d’y porter leur enfant mort-né dans l’espoir de lui donner le baptême. D’autres parents, dans les villages voisins, ont eu sans doute la même idée et il serait intéressant d’en rechercher la trace dans les registres paroissiaux de cette époque.

Transcription d'un acte de sépulture. Registres paroissiaux de Mory.

Le trent et un de mars mille sept cent trent neuf a été inhumée au cimetière de cette paroise la fille d’Antoine Dobeux et Marguerite Rimbaux, ses père et mère, laquelle est venu morte au monde, mais, aiant été portez au calvaire d’Arras, elle y a été baptisé par Denys Garain, suivant le certificat qui nous a été envoiez, où deux témoins, à sçavoir Charle-Alexandre Messiez et Pierre Paul, chanoine, ont signiez et ont atesté dans ledit certificat que l’enfant a donné plusieur signes de vie. Le tout aiant été exposé à Monsieur Brochart, curé de Grévilez et doien du district, il a jugé, après avoir vu le certificat de celui qui a baptisé et des deux témoin, que l’on pouvoit l’enterrer en la terre sainte, ce qui a été fait le trent et un de mars de l’année mille sept cent trent neuf, en présence du père et de Paque Delatre, qui a signiez, le père a fait sa marque. P. René Corbel, prestre.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 E 594/1.

Pour en savoir plus

  • Constant Le Gentil, Le Calvaire d’Arras, Arras, 1882, 114 pages. Voir en particulier le "fragment du plan de la ville d’Arras où est marqué l’emplacement de la Croix miraculeuse plantée en 1738", page 16. Archives départementales du Pas-de-Calais, RODC 113
  • Abbé Henri Debout, Histoire du Calvaire d’Arras, Arras, 1899, 148 pages. Archives départementales du Pas-de-Calais, RODC 113
  • lire l'article de Pierre Gombert, Les sanctuaires à répit, dans Histoire et Mémoire 56, pages 4 et 5

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

La question ci-dessous nous permet de vérifier que ce formulaire n’est pas rempli par un automate. Merci d'y répondre.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits