Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 18 août 2019 - 05h37
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Activités culturelles > Un document à l'honneur > Un Kronprinz à Gomiécourt

Un Kronprinz à Gomiécourt

Le plan Schlieffen

Le 1er août 1914, jour de la déclaration de guerre allemande, le Kaiser Guillaume II confie le commandement de la Ve armée à son fils Guillaume de Prusse, aussi connu sous son titre de Kronprinz (désignant le prince héritier en Allemagne et en Autriche).

L’entrée en guerre de l’Allemagne a été mûrement réfléchie, tout comme le plan supposé régler le problème du combat sur les deux fronts. Car la France et la Russie sont alliées et le Reich ne peut espérer mener victorieusement une guerre simultanée contre ces deux puissances. Il est donc indispensable de vaincre les deux armées l’une après l’autre. Pour les stratèges de Guillaume II, la lenteur de la mobilisation russe offre un répit de six semaines sur le front est, qu’il faut mettre à profit pour régler définitivement la question française. Le plan Schlieffen prévoit donc de surprendre la France et de la vaincre vite. Pour ce faire, l’état-major allemand compte traverser la Belgique (quitte à violer sa neutralité) pour former une gigantesque manœuvre d’encerclement de l’armée française par le nord et l’ouest.

Le 4 août, les Allemands pénètrent en Belgique. Dans un premier temps, la Ve armée stationne en Moselle. Le 17 août, elle reçoit l’ordre de se mettre en marche. Se dirigeant vers l’ouest, elle participe aux combats de Longwy les 22 et 23 août 1914 et parvient début septembre à Verdun. Elle prend part à la bataille de la Marne (du 5 au 9 septembre) et poursuit son chemin en direction du nord.

La course à la mer et ses conséquences sur le Pas-de-Calais

Ce mouvement coïncide, au nord-ouest du front, avec le début de la "course à la mer". Rapidement, le Pas-de-Calais devient le théâtre de sanglants affrontements. Car si les troupes du Reich avaient déjà traversé le département au moment de l’invasion, elles n’avaient fait qu’y passer, leur objectif se trouvant plus au sud. Or, la course à la mer qui les y ramène revêt une toute autre importance, et elles se heurtent, cette fois-ci, à la résistance farouche des armées françaises qui ralentissent leur progression.

Fin septembre, de violents combats se déroulent, entre autres, dans les cantons de Bapaume et de Croisilles. Quelques membres de la famille impériale de Prusse séjournent alors dans les environs : passage à Bapaume du prince Eitel-Frédéric le 1er octobre et du Kaiser le 4, et installation provisoire du Kronprinz dans une ferme de Gomiécourt, village en arrière du front, comme en atteste le document présenté ci-dessous.

Après cette première série d’attaques, le front se stabilise à la fin d’octobre 1914, dessinant une ligne continue qui passe à l’est d’Arras et de Béthune d’une part, et à l’ouest de Bapaume et de Lens d’autre part. Cette stabilisation apporte une certaine accalmie à la population, hélas de courte durée (les offensives recommencent dès 1915). Les Alliés ne reprendront définitivement possession de ce territoire qu’à la fin du conflit (libération de Bapaume le 29 août 1918), laissant la population panser les plaies de son traumatisme sur un champ de ruines.

Notes rédigées par Madame Charles Copin en septembre 1914 à Gomiécourt

Transcription

14 septembre : Passage de six hussards allemands.
15 septembre : Passage de neuf autos allemandes.
16 septembre : Passage de quatre autos allemandes.
22 septembre : [Passage] d’une auto allemande armée.
23 septembre : Très forte canonnade et fusillade au-dessus de Bapaume et,
vers le soir, passage de cyclistes et cavaliers allemands.
24 septembre : Encore la canonnade, mais moins forte qu’hier. 25 septembre : Passage d’allemands autour du village. Dans la plaine,
cyclistes et hussards français à leur poursuite. Vers cinq
heures et demi, arrivée de mille fantassins et nombreux dragons
français. Logés une centaine, pour les deux cours, et trois officiers.
26 septembre : Départ des soldats à 7 heures du matin, immédiatement passage
de nombreuses troupes françaises se dirigeant sur Bapaume. 27 septembre : Arrivée [de] canons français, fond de Lattre [1]. Après dîner
(vers 2 h), vive canonnade, descente à la cave.
28 septembre : Canonnade autour de Gomiécourt commencée après le déjeuner
(vers 9 heures).
29 septembre : Fusillade dans le village et alentour dès le matin et toute
la nuit. Après le déjeuner, descente à la cave, jusqu’au soir.
30 septembre : Toujours bataille autour de Gomiécourt, pillage de la maison.
Séjour à la cave. Toutes les vaches sauvées, course après, le soir, pour avoir du lait.
1er octobre : Très forte canonnade sur le village, très tard le soir, tou-
jours à la cave très tard le soir, toujours pillage.
2 octobre : Château brûlé [2] et maison de Louis Grossemy [3] par obus incen-
diaires français. Canonnade effrayante. Toujours pillage (les français se trouvaient entre la ligne de chemin de fer et le village [4]).
3 octobre : Canonnade effrayante, séjour affreux à la cave.
4 octobre : Remontée de la cave, canons à Bucquoy.
5 octobre : Arrivée des troupes combattantes allemandes. Spectacle imposant
dans la cour. Tentes dressées avec les draps de la maison pour les
chevaux. Feux de bivouac dans tous les coins, nombreuses autos
d’officiers.
6 octobre : Le matin, départ de ces troupes avec le même retour le soir. Les
maisons sont combles.
7 octobre : Toujours troupes, arrivée retour.

Occupation par le K[r]onprinz d’une partie de la maison de la ferme Copin.

À partir de cette date, ce fut l’occupation régulière, les trou-
pes venaient au repos à Gomiécourt. C’est alors que la maison d’habitation de
la ferme COPIN fut visitée par l’État-major du K[r]onprinz. On regroupa les
membres de la famille : Mme Copin et ses deux filles, Mlles Cécile et Félicité
Copin, sa belle-fille Mme Charles Copin et ses deux enfants, Paul et Pierre.
La grande salle, à gauche et les deux chambres de gauche, furent réservées
pour le K[r]onprinz qui y a passé plusieurs nuits après les orgies qui se fai-
saient dans la maison d’habitation de M. Charles Copin qui avait été pillée
plusieurs fois.

 

[1] Lieu ainsi nommé, et qui correspond à la source de la Sensée figurant sur les
cartes d'État-major de 1914.

[2] Ancienne propriété de M. et Mme Charageat.

[3] Cette maison se trouvait en face de la maison d'habitation de la ferme dde
l'Ermitage, propriété de M. et Mme Cardon-Dauchez.

[4] La ligne de chemin de fer entre Achiet et Courselles-le-Comte.

Evénements relatifs

Carte postale colorisée montrant Guillaume II la main devant la bouche, portant le casque à pointe prussien, debout dans une voiture décapotée. À l'arrière de la voiture se trouve un homme assis, en train de boire dans une flasque. Au premier plan, devant la voiture, un groupe d'hommes, dont certains en uniforme militaire allemand.

Le 3 février 1915 : le Kaiser devant Arras

Pendant les quatre années de guerre, les chefs de l’état-major allemand parcourent à maintes rep...

Le 3 février 2015 Lire la suite

Articles relatifs

Bibliographie

  • Brigitte BELBENOIT-EINHORN, Le Pas-de-Calais pendant la première guerre mondiale, mémoire de maîtrise, Paris-Sorbonne, 1968. Archives départementales du Pas-de-Calais, Ms 457
  • Gaston DÉGARDIN et Hector VITTÉ, La vie quotidienne de Bapaume dans la première guerre mondiale, Bapaume, 1974. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHC 1391
  • Julie DUQUENOY, La reconstitution architecturale de Bapaume après la première guerre mondiale, mémoire de maîtrise, 2002. Archives départementales du Pas-de-Calais, Ms 748

Pour aller plus loin

  • Souvenirs de guerre de Guillaume de Prusse, traduit de l’allemand par les chefs de bataillon brevetés Mabille, Mollard et Rusterholtz, Paris, Payot 1923. Extraits consultables sur internet

Commentaire(s)

DERAM :

partagé merci https://www.facebook.com/groups/101277683410525/permalink/244709215734037/?stream_ref=2
le 06-05-2014 à 10:56:39

Archives départementales du Pas-de-Calais :

Recherches généalogiques Bonjour,

Pour toute recherche particulière, vous pouvez nous envoyer un courriel à archives62@cg62.fr afin que nous puissions vous orienter au sein de nos fonds.
N'hésitez pas également à consulter les fiches "Pistes de recherche" dans la rubrique "Chercher dans les archives".
le 16-01-2014 à 16:38:43

Anonyme :

Je souhaiterais consulter les archives en ligne du Pas-de-Calais dans le cadre de mes recherches généalogiques
le 03-12-2013 à 21:50:00

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

La question ci-dessous nous permet de vérifier que ce formulaire n’est pas rempli par un automate. Merci d'y répondre.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits