Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 24 mai 2017 - 13h40
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 21 61 90
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Actualités > Mise en ligne de l’instrument de recherche du versement de l'Atelier Départemental de Communication Sociale

Mise en ligne de l’instrument de recherche du versement de l'Atelier Départemental de Communication Sociale

Publié le 28 avril 2017

En octobre 2015, le Département a reçu un versement de documents audiovisuels intéressant la seconde guerre mondiale : rushs d’interviews de résistants et de déportés issus de deux documentaires "1940-1944 Paroles de Résistants" et "Déportés".

Ces films ont été produits respectivement en 1995 et 1998 par l’Atelier départemental de communication sociale (ADCS) grâce au financement du Conseil général du Pas-de-Calais, pour une diffusion dans les collèges.

Le fonds comprend des retranscriptions partielles, parfois annotées, de ces entretiens menés par M. Jean-Claude Dupont, pour certains conjointement avec M. Yves Le Maner. L’ordre des pages suit le travail de M. Dupont, mais la numérotation suit l’ordre des interviews. 

Extrait de l'interview d'Ida Grinspan, retranscrite par  Jean-Claude Dupont 

[…]

0.17.01 : PLAN VISAGE (au centre)

Alors, mon sentiment dominant durant cette arrestation, c’est qu’j’ai quand même, moi, été assez surprise, euh… moi, je n’savais pas comment qu’ça se passait les rafles, jusqu’à maintenant j’étais pas au courant. Moi, j’ai quand même été surprise que ce soit des gendarmes français, euh… qui viennent m’arrêter. Je pense que mon ressentiment aurait été différent si ça avait été la Gestapo qui serait, euh… venu m’arrêter. Moi, ça m’a fait un effet terrible. J’oublierai jamais, du reste, dans la voiture qui me conduisait à la gendarmerie, euh… le, le gendarme qui était assis à côté de moi, dès que nous avons démarré, il a… sorti un grand mouchoir à carreaux, comme c’était à l’époque la mode, il a enlevé son képi, il s’est épongé le front, et il a dit : Quel sale boulot !… J’étais bien d’accord avec lui que c’était un sale boulot ; mais enfin moi, j’étais une gamine, j’ai pas… j’ai pas rétorqué, j’ai, j’ai rien dit, mais c’est que c’que… moi, c’est, c’est ça qui m’a sur le moment, euh… c’est ça qui m’a fort surpris.

[…]

C’est là que nous avons été tatoués.

0.11.37 : ZAR VERS PLAN POITRINE

(sur le… sur l’avant-bras gauche). Alors autrement dit, en très peu de temps… et on a, on… en très peu de temps, tout a basculé. On arrive de la liberté, on est un être humain, on a une identité, on… on, on est… on a une forme humaine, et en quelques temps… on n’est plus rien, on est tatoué comme du bétail… et c’est terminé. […]

Et, avec une très grande brutalité, on a appris la vérité. Mais, on n’a pas pu le croire tout de suite. Alors, on nous a dit tout de suite : Ah, ben, ça, ceux qui sont dans les camions, euh, ça y est, ils, ils sont déjà morts, euh, y’a, ici y’a des chambres à gaz, et après on, y’a des crématoires… Et puis elles nous ont montré y’avait des cheminées qu’étaient un peu plus loin, un peu plus loin qu’ce bloc-là. Y’avait plusieurs cheminées qui fumaient et puis elles nous ont dit : Ben maintenant… elles sont dans les crématoires, on brûle. Eh bien, j’vous avoue que ça n’a pas, on, on, on l’a pas cru. Sur le moment, on ne l’a pas cru. Il a fallu un certain temps parce que c’était… impossible. Ça dépassait l’entendement […] Et j’avais assez vécu à la campagne pour savoir que c’était pas des feuilles mortes que l’on brûlait. Y’avait vraiment une odeur de chair grillée. Et c’est à ce moment-là qu’on a pris conscience et qu’on s’est dit : Après tout, c’qu’elle dit, c’est peut-être vrai.

Archives départementales du Pas-de-Calais, 3179 W 56

Bibliographie

  • Cahiers de l'Association "Mai-juin 1941", éd. Marxisme / Régions, octobre 1992. Archives départementales du Pas-de-Calais, PC 1169/1
  • "Matricule 97527, un déporté témoigne", l'Indépendant du Pas-de-Calais, 24 mai 2002. Archives départementales du Pas-de-Calais, PE 318/68
  • "Marcel Houdart, un des rares survivants du "Train de Loos". Un cauchemar long et affreux", Nord éclair, 21 août 2001. Archives départementales du Pas-de-Calais, PG 236/779
  • J.-M. FOSSIER, M. PAUL, Nord-Pas-de-Calais zone interdite. Mai 1940-mai 1945, Paris, éd. sociales, 1977, 781 p. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHB 3417
  • M. HOUDART, Des Nœuxois dans la Résistance et la déportation. Ceux du "Train de Loos", 1994 et 2000, 136 p. et 224 p. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHC 2429/4 et BHB 6348
  • Y. LE MANER, A. SELLIER, Images de Dora, 1943-1945. Voyage au coeur du IIIe Reich, Helfaut, La Coupole, 1999, 88 p. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHC 2987
  • A. SELLIER, Histoire du camp de Dora. Préface de Edward Arkwright, Paris, éd. la Découverte, 1998, 540 p. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHB 5826

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits