Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 17 novembre 2017 - 19h58
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 11 février 1821 : naissance d’Auguste Mariette

11 février 1821 : naissance d’Auguste Mariette

Le 11 février 2017

François-Auguste-Édouard Mariette naît à Boulogne-sur-Mer le 11 février 1821. Son père, François-Paulin Mariette, parisien d’origine, est licencié en droit et secrétaire à la mairie de Boulogne.
Auguste manifeste très jeune le goût du dessin ; il arrête toutefois ses études après le collège et commence à travailler à l’âge de seize ans.
En 1839, il part un an enseigner en Angleterre. À son retour, il obtient le baccalauréat et débute une carrière d’enseignant au collège de sa ville natale.

Égyptologue autodidacte

Il est peu après chargé de classer les papiers d’un cousin récemment décédé, Nestor L’Hôte, dessinateur de l’expédition franco-toscane menée par Jean-François Champollion dans la vallée du Nil en 1829.

Ce travail fait naître chez lui une passion pour l’égyptologie. Il se forme en autodidacte, étudie les hiéroglyphes et l’écriture copte et visite la galerie égyptienne du musée de Boulogne ; il est en particulier fasciné par une récente acquisition, le sarcophage de Nehemsimonto.

En 1847, il en publie le catalogue analytique des collections, "Quelques mots sur la galerie égyptienne du Musée de Boulogne".

Conservateur au musée du Louvre

Le 5 juin 1845, il se marie avec Éléonore Millon, fille d’un négociant en vins boulonnais. Quatre ans plus tard, Charles Lenormant le fait nommer auxiliaire à la conservation des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre ; et, le 28 août 1850, il est envoyé en Égypte pour y acquérir des manuscrits coptes et syriaques.

Une fois sur place, il n’obtient pas les autorisations nécessaires pour pénétrer dans les monastères. Il entreprend alors des fouilles archéologiques et découvre, à Saqqarah, le Sérapéum, la nécropole des taureaux sacrés Apis que le britannique Harris avait déjà repérée en 1847.

Cette première grande découverte lui apporte la gloire et une réputation établie. Pour continuer ses recherches, il réussit à se faire octroyer, en août 1851, par la Chambre des députés, un crédit exceptionnel de trente mille francs.

Fait chevalier de la légion d’Honneur en 1852, il reçoit un véritable triomphe lors de son retour en France en 1854 et est nommé conservateur adjoint du Louvre, poste qu’il occupe jusqu’en 1861.

Archéologue de terrain

En 1857, il repart pour l’Égypte afin de préparer le voyage du prince Napoléon, cousin de l’empereur Napoléon III, qui n’a finalement pas lieu.

Nommé directeur des travaux d’antiquités par le vice-roi Saïd Pacha, il est chargé de protéger l’héritage des pharaons et surtout de mettre un terme au pillage dont l’Égypte est l’objet depuis des siècles. Les pouvoirs étendus et les capitaux dont il dispose lui permettent de lancer des chantiers (jusqu’à trente-cinq en même temps) dans toute la vallée du Nil (de Memphis à Éléphantine, en passant par Gizeh, Saqqarah, Abydos et Thèbes) et de dégager les grands temples des gravats qui les cernent ou les emplissent.

Ses découvertes lui permettent d’ouvrir le premier musée égyptien au Caire, dans le quartier du port fluvial de Boulaq : le successeur de Saïd, Ismaïl Pacha, l’inaugure le 16 octobre 1863.

Ambassadeur de la culture égyptienne en France

En 1865, son épouse et deux de ses enfants meurent du choléra. En parallèle aux difficultés financières de l’Égypte, ce drame pousse Mariette à ralentir ses activités.

Il rentre à Paris en 1867 et y est chargé du commissariat égyptien de l’exposition universelle. La présentation du résultat de ses recherches connaît un grand succès : il participe de même, en 1871, à la rédaction du livret de l’opéra de Verdi, Aïda, et en conçoit les décors et les costumes lors de sa représentation pour l’inauguration du canal de Suez, le 24 décembre 1871.

Pour l’exposition universelle de 1878, au Trocadéro, il supervise la reconstitution d’une maison égyptienne issue de ses fouilles d’Abydos. Cette même année, il est élu à l’unanimité à l’Académie des inscriptions et des belles-lettres.

Pacha

En reconnaissance de son attachement au patrimoine égyptien et en remerciement de son dévouement, le vice-roi d’Égypte lui accorde le titre honorifique de pacha en 1880.

Auguste Mariette meurt à Boulaq le 18 janvier 1881. D’abord enterré dans les jardins du musée, son corps est transféré en 1904 à l’emplacement de l’actuel musée du Caire, inauguré deux ans auparavant. Il repose dans un cercueil de granit gris gardé par quatre sphinx. Sur le socle de sa statue, on peut lire : À Mariette Pacha, l’Égypte reconnaissante.

Pour en savoir plus

  • J. CASSAR et J. SAVIGNOL, Mariette Pacha citoyen boulonnais, catalogue d’exposition, Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, 1981 ;
  • E. DESJARDINS, Mariette Pacha, l’homme du désert, éditions Christian Navarro, 2003 ;
  • A. MARSHALL, Auguste Mariette, Bibliothèque des Introuvables, 2010, 216 pages.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits