Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 18 octobre 2017 - 20h12
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 11 octobre 1852 : naissance du peintre Francis Tattegrain

11 octobre 1852 : naissance du peintre Francis Tattegrain

Le 11 octobre 2017

Maître du naturalisme, Francis Tattegrain est reconnu en son temps, au point qu'il est l'un des peintres les plus prisés de la Troisième République. Les marines issues de ses longues promenades le long de la Côte d'Opale lui valent reconnaissance et louanges de ses pairs.

Premiers contacts avec l'art

Issu d’une ancienne famille de Péronne et d’une longue lignée de magistrats, Francis Tattegrain naît à Péronne le 11 octobre 1852 de Thérèse Marie Voillemier et de Charles-Louis Tattegrain, président du Tribunal d'Amiens.

C’est en 1865 que Francis Tattegrain découvre la ville de Berck, ville où son père fait construire un chalet au 28 de la rue de l'Entonnoir et qui deviendra son lieu de villégiature. Durant l'hiver, Francis Tattegrain réside à Senlis dans la maison de son grand-père maternel, le docteur Jean-Baptiste Voillemier, proche parent du sculpteur Edmé Bouchardon.

C’est une rencontre avec le peintre et graveur Ludovic-Napoléon Lepic qui travaillait sur la plage de Berck en 1876 qui le décidera à se vouer complètement à la peinture.

Brillante carrière artistique

Pour obtenir l’accord paternel afin de s’adonner entièrement à la peinture, le jeune Francis Tattegrain va s’engager à entamer des études de droit et obtenir brillamment son doctorat.

Encouragé par son frère Georges, sculpteur, et le comte Lepic, il va poursuivre sa formation artistique à Paris en même temps que son doctorat de droit. Il entre à l'Académie Julian en 1877 où il suit l'enseignement de Jules Lefebvre et de Gustave Boulanger.

En 1879, deux de ses toiles sont admises au Salon des artistes français, salon où il sera dès lors présent sans interruption jusqu'en 1914. Nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1889, Francis Tattegrain se voit attribuer pour son œuvre Saint Quentin pris d'assaut la médaille d'honneur au Salon de 1899.

Durant près de vingt ans, il va bénéficier de nombreuses commandes publiques et sera l’un des peintres les plus honorés de la Troisième République. Son talent lui vaudra de nombreuses commandes comme L'Entrée de Louis XI à Paris pour l'Hôtel de ville de Paris en 1892.

Des marines exceptionnelles

Francis Tattegrain sera surtout un maître du naturalisme dans le domaine marin : ses dessins réalistes et sa peinture franche vont souligner les drames d’ordinaire mis en scène dans de grandes compositions.

Le talent dont il fait preuve dans le traitement des sujets dramatiques ne fera pas oublier la profusion des sujets traitant de la vie quotidienne des pêcheurs de Berck. La baie d'Authie sera son territoire de prédilection, endroit où il bâtira sur 100 hectares de dunes un atelier lui permettant d’exécuter de grands formats en éclairage naturel. Tattegrain travaillera sur tout le littoral de la côte d'Opale, d’Audresselles à Wissant où il retrouvera fréquemment ses amis les peintres Demont-Breton.

Son tableau Sauveteurs d'épaves, daté de 1912 et représentant un couple de pilleurs au lieu-dit le Cran aux œufs près d'Audresselle, a longtemps décoré la salle des ventes de la ville de Boulogne-sur-Mer.

Francis Tattegrain meurt à Arras le 1er janvier 1915 comme en témoigneront les mémoires du général Edmond Just Victor Boichut : la palette à la main, l’illustre peintre Francis Tattegrain mourait à 63 ans, au champ d’honneur, alors qu’il reconstituait, sous les obus, l’esquisse du beffroi d’Arras.

Les Belles Lettres et les Beaux-Arts

À Berck

Monseigneur l’Évêque a saisi avec bonheur l’occasion de cette visite, pour aller offrir ses hommages de condoléances à la famille du célèbre peintre berckois, Tattegrain, dont la mort récente a été causée par une maladie contractée, dans les mines d’Arras, en peignant les esquisses destinées à une œuvre, émouvante entre toutes : l’incendie de l’Hôtel de Ville.

Sa grandeur, accompagnée de Madame et Mademoiselle Tattegrain, pénétra avec émotion dans l’atelier du peintre, d’où celui-ci aimait à observer la tempête pour ses inimitables marines.

De tous côtés, des souvenirs archéologiques, des esquisses, ̶ parmi lesquelles celles de Senlis bombardé, ̶ et les travaux préparatoires de deux tableaux d’histoire : le "Gui d’Étaples" (à Boulogne) et les "Bouches inutiles", attirent l’attention.

Mais surtout, sur un grand chevalet, voici l’esquisse fidèle de l’hôtel de ville d’Arras en flammes : des tonalités chaudes dans le ciel embrasé, la silhouette du beffroi encore lèche de toutes parts. Quelle horrible réalité aurait fixée, pour la postérité, cette toile, si elle avait été achevée !

Dans son ardeur au travail, Tattegrain a été mortellement atteint ; et, peu après, dans l’incendie du Palais Saint-Vaast, a disparu son beau portrait, qu’il avait, en souvenir de son admission offert à l’Académie d’Arras.

Au moins, à Berck, son labeur reste-t-il glorieusement représenté qui pourrait, entre son atelier, oublier les portraits réalistes de vieillards, à l’ "Asile maritime", près desquels sa famille a fait déposer une belle marine, pour la prochaine loterie de charité.

 Il nous plaît de rappeler ces souvenirs, au jour où la foule qui a visité le dôme de Notre-Dame a pu contempler l’œuvre du même artiste : "L’arrivée de la Vierge" au rivage de Boulogne. Tattegrain fut ravi d’apprendre qu’un généreux donateur l’offrait au sanctuaire : il y vint, pur approuver l’emplacement choisi, pour vernir le tableau, et il se plut à y voir comme un perpétuel Memento de son affection pour tout ce qui rappelle le pays boulonnais.

L.R.

La Croix du Pas-de-Calais, mardi 26 octobre 1915. Archives départementales du Pas-de-Calais, PE 135/17.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits