Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 20 octobre 2018 - 00h04
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 13 juin 1889 : naissance de Germaine Acremant

13 juin 1889 : naissance de Germaine Acremant

Le 13 juin 2018

L'œuvre littéraire de Germaine Acremant a véritablement marqué le public français de l’entre-deux-guerres. Fille du docteur Édouard Poulain, elle est née à Saint-Omer, rue de Valbelle, le 13 juin 1889 ; elle a contribué à faire connaître le Pas-de-Calais à travers ses romans, dont un grand nombre se passe dans le nord de la France, de Saint-Omer à Étaples, des collines de l’Artois aux plages du Touquet.

Ces dames aux chapeaux verts

Mariée en octobre 1911 avec son cousin arrageois Albert Acremant (1882-1942), docteur en droit devenu journaliste parisien à L’Excelsior et auteur de comédies, Germaine Acremant compose son premier roman au cours de la Grande Guerre, alors qu’elle est réfugiée dans sa maison familiale de Saint-Omer. D’abord intitulé Quatre vieux cœurs, Ces dames aux chapeaux verts reçoit en 1921 le prix Nelly Lieutier, décerné à un écrivain féminin par la Société des gens de lettres, et est édité l’année suivante par Plon-Nourrit. Satire de la vie provinciale, il connaît un fantastique succès en France et Outre-Atlantique. Il est traduit en 25 langues, n'en finit pas d'être réédité (plus de 1,5 millions d’exemplaires vendus) et a été adapté au théâtre par Germaine et Albert Acremant (1929), puis trois fois au cinéma (1929, 1937 et 1949, respectivement sous la direction d’André Berthomieu, Maurice Cloche et Fernand Rivers). Germaine Acremant demande à son fils Jacques, artiste peintre, d’en illustrer une édition de luxe en 1951 ; elle publie enfin la suite de ce best-seller en 1970 sous le titre Chapeaux gris… chapeaux verts.

"La dame de Saint-Omer"

La "dame de Saint-Omer" fait dès lors paraître un nouveau roman presque chaque année jusqu’en 1940, tels La Hutte d’acajou (dans L’Illustration en juin-juillet 1924) qui prend pour personnages les maraichers de Clairmarais, ou Les Ailes d’argent, associant "les ailes des moulins du Nord aux ailes des avions de tourisme" (1933). Elle en adapte plusieurs pour le théâtre avec son mari, tandis que La Sarrasine (1926) devient Le tourbillon de Paris, un film de Julien Duvivier (1928).

Gai ! Marions-nous ! lui vaut le Prix national de littérature en 1927 et La Route mouvante le prix Montyon en 1940. Ses romans livrent aux lecteurs les derniers éclats de la Belle Époque dans le Paris de la presse et du théâtre que son mari lui a fait découvrir. Son "essai", Flandre et Artois (1937) comme ses souvenirs, Hier que j'aimais (1980), témoignent de son attachement profond à sa ville et à sa région natales, à ses paysages ("rien ne borne la vue, sauf l’horizon") comme à son climat : Quoi de plus délicieux pour une petite fille du Nord que de recevoir une averse torrentielle sur un large parapluie, dont il faut tenir le manche à deux mains. […] Quelle fierté de pouvoir se dire : "Il y a un déchaînement de forces et j’en suis." (Flandre et Artois, op. cit., p. 8).

Germaine Acremant écrit sans discontinuer, jusqu'à Le Monsieur de Saint Josse qu'elle publie chez Plon en 1983, à l’âge de 94 ans. Elle meurt à Neuilly-sur-Seine, le 24 août 1986.

Pour en savoir plus

Jean-Yves Vincent, Germaine Acremant, une dame au chapeau vert, Balade en Pas-de-Calais. Sur les pas des écrivains, s.l., 2006, p. 227-237.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits