Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 15 décembre 2019 - 12h26
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00
(interruption du magasinage de 11h30 à 13h30)

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
(interruption du magasinage de 11h30 à 13h30)

Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 15 décembre 1831 : mariage des parents de Paul Verlaine

15 décembre 1831 : mariage des parents de Paul Verlaine

Le 15 décembre 2019

La famille maternelle de Paul Verlaine est d’origine artésienne. Séjournant fréquemment à Fampoux, d'où est originaire sa mère, il aime également emmener ses amis à Arras et leur faire découvrir les charmes de la cité atrébate. 

Séjours à Fampoux et à Arras

Son grand-père Julien Déhée, un cultivateur aisé, est élu maire de Fampoux le 15 brumaire an IV. Sa mère, Élisa Déhée, native de Fampoux, épouse Nicolas-Auguste Verlaine à Arras le 15 décembre 1831. Paul naît le 30 mars 1844 à Metz où son père, capitaine au 2e régiment du Génie, est en garnison. Plus tard, la famille s’installe à Paris.

Durant sa jeunesse, Paul Verlaine retourne régulièrement passer les vacances à Fampoux chez son oncle Julien Déhée, le maire du village. Il y rejoint sa cousine Élisa Moncomble, que ses parents ont recueillie lorsqu’elle était enfant et dont il est éperdument amoureux. Mais celle qui a partagé son enfance est mariée et Verlaine vit très mal cet amour impossible. L’absinthe l’aide à soigner sa peine. C’est Élisa Moncomble qui l’aide financièrement à publier son premier recueil, Poèmes saturniens, en 1866. Elle lui inspire aussi plusieurs poèmes. Lorsqu’elle meurt à Lécluse, le 16 février 1867, Verlaine est anéanti. Inconsolable, il s’enivre et suscite un énorme scandale dans le petit village.

Lors de la Commune, il adhère aux idées des Communards. Alors que les troupes versaillaises entrent dans Paris en mai 1871, il quitte Paris avec son épouse, Mathilde Mauté, et se réfugie à Fampoux, puis à Lécluse à quelques kilomètres.
Veuve depuis 1865, sa mère s’installe à Arras, impasse d’Elbronne, en 1875. Paul lui rend de fréquentes visites et passe souvent une partie de l’été à Arras. Il devient un habitué du café Sanpeur sur la place du Théâtre et emmène fréquemment Arthur Rimbaud au Lapin blanc, rue des Augustines. Il aime Arras, qu’il fait visiter à ses amis parisiens, pour son calme et la suprême beauté de son ensemble. En 1886, sa mère meurt. À partir de cette date et jusqu’à sa propre mort, en janvier 1896, il ne retournera plus au pays de sa mère. Membre des Rosati, il leur envoie en 1894 un Toast à distance, dans lequel il écrit :

Gens du Nord, mes compatriotes,
Hélas ! je vous avais promis
Quelques mots à propos de bottes
Comme on en échange entre amis

Sous le titre de conférence
Que l’on galvaude en de vains us
J’aurais gaiement pour l’occurrence,
En propos exprès décousus

Parlé longtemps de la contrée
À laquelle malgré Paris
Et sa rumeur démesurée
Répondront toujours nos esprits […]

En 1944, pour célébrer le centenaire de la naissance de Paul Verlaine, une plaque est apposée par les Rosati au 55 rue d’Amiens, voisine de l’impasse d’Elbronne.

[…] Au pays de ma mère est un sol plantureux
Où l’homme, doux et fort, vit prince de la plaine
De patients travaux pour quelles moissons pleine,
Avec, rares, des bouquets d’arbres et de l’eau.
L’industrie a sali par places ce tableau
De paix patriarcale et de campagne dense
Et compromis jusqu’à des points cette abondance,
Mais l’ensemble est resté, somme toute, très bien.
Le peuple est froid et chaud, non sans un fond chrétien.

Belle, très au-dessus de toute la contrée,
Se dresse éperdument la tour démesurée
D’un gothique beffroi sur le ciel balancé
Attestant les devoirs et les droits du passé,
Et tout en haut de lui le grand lion de Flandre
Hurle en cris d’or dans l’air moderne : "Osez les prendre !" 

Paysages, 1881.

Acte de mariage de Nicolas-Auguste Verlaine et Élisa-Stéphanie-Julie-Josèphe Déhée le 15 décembre 1831 à Arras

L’an mil huit cent trente et un, le quinze décembre à quatre heures
du soir devant nous Charles-Louis-Benjamin Esnault, adjoint du
maire d’Arras et officier public de l’état civil, par lui délégué chevalier
de St Louis et de la légion d’honneur, sont comparus :

M. Nicolas-Auguste Verlaine, lieutenant en premier au premier
Régiment du génie, chevalier de la légion d’honneur et de St Ferdinand
d’Espagne, âgé de trente trois ans, né à Bertrix (ex département des
forêts) actuellement grand Duché de Luxemboug (Belgique) en garnison à
Arras, muni d’une permission de mariage ci-jointe du ministre de
la guerre en date du vingt deux novembre dernier, fils majeur
d’Henry-Joseph décédé au dit Bertrix le cinq ventôse an treize
et d’encore vivante dame Anne-Louise-Augustine Grandjean demeurant
à Molhan (Belgique), consentante ainsi qu’il résulte de l’acte notarié
ci-annexé, passé à Libin, province de Luxembourg le quinze octobre dernier

et demoiselle Elisa-Stéphanie-Julie-Josèphe Déhée, propriétaire,
âgée de vingt deux ans, née à Fampoux le trois mars mil huit
cent neuf, domiciliée à Arras, fille majeure de Julien, ancien
fermier, décédé à Arras le trente et un août mil huit cent vingt un
et de Madelaine Soualle, décédée au dit Fampoux le deux décembre
mil huit cent douze.

La future épouse déclare à serment qu’elle n’a plus d’ayeux ni
[…]. Ce fait est également affirmé dans la foi du serment
des quatre témoins du mariage ci-dessous rappelé.
Lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du
mariage projetté entre eux et dont les deux publications ont été
faites devant la principale porte de la maison commune les
dimanches quatre et onze décembre [du] présent mois à midi.

Aucune opposition au mariage ne nous ayant été signifiée faisant
droit à leur réquisition après avoir donné lecture de toutes les pièces
ci-dessus mentionnées et du chapitre VI du titre V du Code civil
intitulé du mariage, avons demandé aux futurs époux s’ils veulent
se prendre pour mari et pour femme, chacun d’eux ayant répondu
séparément et affirmativement, déclarons au nom de la loi que
M. Nicolas-Auguste Verlaine et demoiselle Elisa-Stéphanie-Julie-
Josèphe Déhée sont unis par le mariage de tout quoi avons
dressé acte en présence de MM. Adolphe Déhée, négociant, cousin
de la dite mariée, Eugène Brincard, lieutenant au dit régiment,
témoin majeur, demeurant en cette ville, lesquels l’ont
signé avec nous et les époux après lecture faite.

[signé] Elisa Déhée, Verlaine, Dehée,
Esnault, […], Brincard, Dehée 

Archives départementales du Pas-de-Calais, 3 E 041/241.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits