Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 23 octobre 2017 - 15h29
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 17 août 1747 : naissance de la Dame aux loups

17 août 1747 : naissance de la Dame aux loups

Le 17 août 2017

Marie-Cécile-Charlotte de Lauréatan est née le 17 août 1747 à Zutkerque. Ses parents, Philippe-François de Lauréatan et Marie-Anne-Françoise de Moncheron, sont cousins germains.

Un garçon manqué plutôt qu'une noble demoiselle

Enfant, Marie est initiée par son oncle à la vénerie et, très vite, elle se passionne pour la chasse. Ses parents, qui voient d’un mauvais œil cette passion peu féminine, l’envoient au couvent des Ursulines à Saint-Omer. Mais l’établissement grouille de rats et, bientôt, Marie s’applique à les chasser à l’aide d’un gourdin, se comportant en vrai garçon manqué plutôt qu’en noble demoiselle. À sa sortie du couvent, elle décide d’ailleurs de se couper les cheveux et troque ses tenues féminines (qu’elle déteste porter) pour des vêtements d’homme (veste de chasse, culottes et bottes) qu’elle juge plus pratiques. La chasse devient alors sa principale occupation.

Baronne de Draëck

Elle a 24 ans lorsque ses parents décident de la marier au baron de Draëck, alors âgé de 45 ans. Celui-ci n’est pas réticent et éprouve même une certaine fierté à épouser une femme peu ordinaire et il accepte de ne pas s’opposer à son goût pour la chasse. Le mariage a lieu le 6 août 1771 et Marie devient la baronne de Draëck, vêtue d’une robe qu’elle a enfilée sur ses habits de chasse. Mais la vie domestique ne lui convient pas et son époux, qui lui reproche ses excentricités et l’absence d’enfant, retourne vivre dans son château d’Oudezeele. Le couple se sépare à l’amiable.

Une chasseuse hors pair

Marie reprend possession du château de Zutkerque où sa vie est alors entièrement consacrée à la chasse. Ses exploits impressionnent les villageois de la région, qui la supplient de débarrasser les forêts et les campagnes du plus redoutable des carnassiers : le loup. À cette époque, les forêts d’Éperlecques et de Tournehem en sont infestées. Marie de Draëck se passionne pour cette chasse particulièrement dure. Avec sa meute de près de quarante chiens, elle parcourt chaque jour la campagne, sonnant du cor pour prévenir les villageois à chacune de ses prises. La réputation de celle que l’on surnomme la "Diane de Brédenarde" lui vaut de ne pas être inquiétée lorsque survient la Révolution, même au plus fort de la Terreur. Infatigable, elle chasse le loup dans les forêts du Ternois, du Douaisis et de la Flandre maritime. On estime qu’elle aurait tué près de 800 loups tout au long de sa vie.

Seule la vieillesse peut mettre un terme à sa passion pour la louveterie. Pour autant, elle ne retourne pas à la vie domestique et, fidèle à son personnage, passe les dix dernières années de sa vie dans son atelier, s’essayant à la menuiserie ou tressant des fils de fer pour fabriquer des volières. Elle meurt le 19 janvier 1823, à l’âge de 75 ans, laissant derrière elle le souvenir d’une femme hors du commun.

État des armes qui restent à la dame Lauretan, veuve de Draëck et de celles qu’elle a données à la municipalité pour armer une garde de précaution dans le village et qui ont été finalement livrées au district, 25 août 1792.

Je declare avoir donnée à la municipalité de Zutkerque dix fusils de munition avec leur baionnettes et dix sabres et cinq gibernes pour armée une garde de précosion dans le vilage, donc ces messieurs mon dit avoir fait leur déclaration à messieurs du district de Calois est y avoir envoier les fusils sabres et giberne susdit qui viennent de moÿ. Je declare en outre avoir en ma possesion huit fusils de chasse donc deux preté à deux personnes du vilage, trois carabines, trois couteaux de chasse et deux pistoloit et deux epée. Fait à Zutkerque, ce 28 aout milles septs cens nonante deux. De Lauretan, veuve de Draeck. Nous maire et officiers municipaux et le conseil general de la commune de Zutquerque avons desarmé la citoÿen[ne] de Draeck conformement a la loi a cause de sa cidevant noblesse. Le nombre des fusils ci-dessus mentionnée son mi en depot chez le citoyen Rosoir, curé.

Archives départementales du Pas-de-Calais, E-DEPOT 906 S 1.

Pour en savoir plus

Marie-Claude Pette Debril, La baronne de Draëck (la dame aux loups), coll. "Patrimoine", éditions du Camp du Drap d’Or, 2004, 160 p.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits