Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 17 novembre 2017 - 19h59
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 19 février 1526 : naissance à Arras de Charles de L’Écluse

19 février 1526 : naissance à Arras de Charles de L’Écluse

Le 19 février 2017

Quel est le point commun entre la pomme de terre, la tulipe ou le marronnier des Indes ?
Ils ont tous trois été introduits en Europe par le même homme, Charles de l'Écluse, grand voyageur et botaniste du XVIe siècle.

Charles de L’Écluse, Carolus Clausius en latin, est né à Arras le 19 février 1526 ; son père, Michel, seigneur de Watènes, est membre du Conseil provincial d’Artois.
Grâce à son oncle maternel, grand-prieur de l’abbaye Saint-Vaast, Charles en fréquente l’école de 1540 à 1542.

Son père le pousse à entreprendre des études de droit, d’abord à Gand puis à Louvain où il se rend en 1546. Il part à Marbourg en 1548 puis, attiré par le protestantisme, à Wittenberg en 1549, où il suit les cours de Philippe Melanchthon, humaniste et réformateur. Celui-ci l’incite à abandonner le droit pour la médecine et la botanique. C’est ainsi qu’en 1551, il s’installe à Montpellier et devient durant au moins trois ans le secrétaire du naturaliste Guillaume Rondelet. À ses côtés, il se découvre une véritable passion pour l’étude des plantes.

En 1554, ses études achevées, il s’établit à Anvers. Il traduit en français le Cruijdeboeck de Rembert Dodoens (Histoire des plantes, Anvers, Jean Loë, 1557) et en latin un ouvrage médical italien, Antidotarium, sa première collaboration avec l’imprimeur anversois Christophe Plantin (1561).

Ses voyages, à Paris (1561), dans le sud-ouest de la France, en Espagne et au Portugal (où il accompagne deux des fils du banquier Anton Fugger) en 1564-1565, mais aussi à Londres et Bristol (1571), lui permettent de rassembler de nombreux spécimens de plantes de la péninsule ibérique ou rapportés des Indes ou des Amériques : il publie chez Plantin des traductions latines des œuvres du Portugais Garcia da Orta (Aromatum et simplicium aliquot medicamentorum apud Indios nascentium historia, 1567) et de l’Espagnol Nicolas Monardes (De simplicibus medicamentis ex occidentali India delatis quorum in medicina usus est, 1574) ainsi qu’une première synthèse, Rariorum aliquot stirpium per Hispanias observatorum historia (1576).

De la botanique à la découverte de la pomme de terre

Grâce à l’appui de son ami, le médecin Johann Craton von Kraftheim, Charles de L’Écluse est, de 1573 à 1577, médecin de cour et directeur du jardin impérial de Vienne pour l’empereur Maximilien II (décédé en octobre 1576), son successeur, Rodolphe II, lui retirant en revanche ces charges.

Il entame alors une série de voyages en Autriche comme en Hongrie, où il est accueilli par Balthasar Batthyány au château de Güssing, et poursuit ses observations sur la végétation locale (Rariorum aliquot stirpium per Pannoniam, Austriam et vicinas quasdam privincias observatarum historia, Anvers, Plantin, 1583). Il correspond avec de nombreux savants et personnalités de son temps. Certains ambassadeurs lui offrent de même des plantes rares venues de contrées lointaines. Il peut ainsi réunir de nombreuses espèces remarquables et exotiques.

En 1588, il reçoit du gouverneur de Mons un tubercule encore mal connu en Europe, ramené du Pérou par des missionnaires et dont le pape Pie IV se servait, dit-on, pour soigner ses rhumatismes. Ce tubercule, à la chair ferme et blanche, allongé et rouge, de la taille d’une noix, et à qui Charles de L'Écluse donne le nom de papas des Péruviens, n’est autre que la pomme de terre. Frappé par la vigueur et la faculté prolifique de cette nouvelle plante, Charles de L’Écluse, qui connaît l’usage culinaire qu’en font les Indiens du Pérou, décide de la cultiver dans son jardin particulier, à Vienne puis à Francfort. Après avoir goûté avec délectation ces papas, il en distribue à ses amis en Allemagne, à Bruxelles et à Padoue.
Cette plante féconde devient très vite, à sa grande satisfaction, assez vulgaire dans la plupart des jardins de l’Allemagne.

La "tulipomania"

Jusqu’alors, les plantes étaient avant tout étudiées et cultivées pour leurs vertus alimentaires ou médicinales. Charles de L’Écluse s’intéresse également aux plantes et à la nature "pour elle même".

Installé à Francfort-sur-le-Main à partir de 1588, il travaille pour le graveur et éditeur Théodore de Bry, et bénéficie d’une pension du landgrave de Hesse Guillaume IV (décédé en 1592). Il obtient finalement en 1593 la chaire de botanique à l’Université de Leyde et y crée, dès avant septembre 1594, l’un des plus importants jardins botaniques d’Europe.
Dans son hortus botanicus, il collectionne des plantes inhabituelles et exotiques qui sont pour certaines encore inconnues en Europe. Il décrit pour la première fois des espèces comme le jasmin ou les anémones. C’est lui qui introduit dans le nord de l’Europe le marronnier d’Inde et la tulipe, venue de Perse. Rapidement, cette dernière suscite curiosité et engouement, jusqu’à provoquer en Hollande, dès les années 1630, une véritable "tulipomania" : les bulbes tant convoités se vendent à prix d’or et, en France, elle devient la fleur officielle de la cour de Louis XIV.

Charles de L’Écluse achève ses grands traités de botanique et de mycologie, synthèses de ses ouvrages précédents, tels le Rariorum plantarum historia, comprenant ses recherches sur les champignons de Hongrie (Anvers, Jean Moretus, 1601) ou l’Exoticorum libri decem (Anvers, Raphelengius, 1605). Affaibli par les maladies et les accidents survenus lors de ses nombreux voyages, il meurt à Leyde le 4 avril 1609. Une édition posthume de ses recherches inédites paraît à Anvers en 1611, Curae posteriores.

Une variété de tulipe porte le nom de tulipa clusiana en son souvenir.

Pour en savoir plus

  • E. ROZE, Charles de L’Escluse d’Arras. Le propagateur de la pomme de terre au XVIe siècle. Sa biographie et sa correspondance, Paris, 1899. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHA 19 ;
  • M.-E. BOUTROUE, "L’Écluse (ou L’Escluse), Charles de. Notice bio-bibliographique", in Médecins et naturalistes avant Linné, 2005 ;
  • The Exotic World of Carolus Clusius (1526-1609), Catalogue of an exhibition on the quatercentenary of Clusius’ death, 4 April 2009, Leiden University Library, 2009 (Kleine publicaties van de Leidse Universiteitsbibliotheek, nr. 80) ;
  • F. EGMOND, The World of Carolus Clusius: Natural History in the Making, 1550–1610, Londres, 2010.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits