Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 17 décembre 2018 - 18h31
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 1er août 1936 : inauguration de la piscine de Bruay-en-Artois

1er août 1936 : inauguration de la piscine de Bruay-en-Artois

Le 1 août 2018

Conçue par l’architecte bruaysien Paul Hanote (1879-1953), la piscine découverte art déco de Bruay-en-Artois (aujourd’hui Bruay-la-Buissière) a été inaugurée le 1er août 1936. Toujours en activité, elle est inscrite depuis 1997 à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Une implantation minière

Symbole du Front populaire, elle illustre le climat de lutte politique vive, entre le député-maire socialiste Henri Cadot et l’influente compagnie des mines de Bruay. Élément d’une école de natation, s’intégrant au sein d’un ensemble sportif harmonieux composé d’un stade et d’un parc, elle reflète la préoccupation de ses concepteurs de lier sport et santé publique. La ville n’est en effet, à cette époque, qu’une juxtaposition de quartiers miniers, et la municipalité souhaite apporter quelques éléments d’agrément aux habitants, privés de lieux de loisirs et de rencontre.

"Les futures réalisations de la municipalité de Bruay-en-Artois" dans Le Réveil du Nord du 19 avril 1935.

On va procéder à la construction d’une magnifique école de natation.

Bruay ne possède pas encore de piscine. Cet état de choses ne pouvait se prolonger et le Conseil Municipal de Bruay, en décidant le 15 février dernier, sur la proposition de Monsieur Henri Cadot, sénateur-maire, la construction d’une École de Natation, a voulu, non seulement combler une lacune inconcevable, mais encore répondre au vœu de la population, notamment de la jeunesse et des nombreux amateurs de natation qui, l’été, sont dans l’obligation de chercher ailleurs que dans la Cité la satisfaction de leur sport favori.

L’École de Natation dont le projet a été établi par Monsieur Paul Hanote, architecte, en accord avec la Municipalité et le secrétariat de la Mairie, sera édifiée rue d’Hulluch, près du Stade-Parc.
La dépense sera couverte par la subvention de l’État, par un emprunt contracté à la Caisse des Dépôts et Consignations dont l’annuité sera payée au moyen des recettes effectuées par l’Établissement, c’est-à-dire sans qu’il soit besoin d’avoir recours à une imposition supplémentaire en centimes additionnels.
L’École est prévue pour un millier de nageurs par jour, en bonne saison ; elle comprendra 256 cabines dont 26 pour deux personnes et en plus quatre vestiaires collectifs pour Sociétés ou groupes scolaires.
Au centre, se trouvera la piscine composée de deux bassins, l’un de 25 mètres sur 33 mètres pour les adultes, et l’autre en demi-cercle de 12 mètres 50 de rayon pour les enfants d’âge scolaire.
Le grand bassin rectangulaire est prévu en pente dans le sens de la largeur avec une profondeur variant de 0 mètre 70 à 3 mètres 50 ; une corde avec bouées rouges partagera ce bassin en deux parties.
Le fond des bassins recevra un carrelage céramique bleu, ce qui donnera à l’eau un aspect agréable.La piscine sera entourée d’un promenoir pavé en dalles. Les cabines seront surmontées d’une terrasse "solarium".
Des gradins disposés de chaque côté du grand bassin pourront recevoir un millier de spectateurs.L’accès aux bassins ne sera permis qu’à ceux qui, préalablement, seront passés par la douche de propreté.
L’attrait principal de la piscine sera la limpidité de son eau ; celle-ci sera en effet maintenue claire et saine grâce à une filtration continue. D’une manière ininterrompue, l’eau sera reprise par une pompe et, passée à travers des filtres, sera clarifiée, stérilisée et reviendra aux bassins débarrassée de toute impureté.

En un mot, un établissement de natation vraiment digne de ce nom, qui sera mis en service fin mai 1936 ; c’est ce que veut réaliser la Municipalité dans l’intérêt de l’Hygiène et de la Santé publique.

Archives départementales du Pas-de-Calais, PG 15/45.

Un style art déco

De 70 mètres de long et 50 mètres de large, elle comprend trois bassins en béton armé qui permettent d’accueillir 600 personnes, plusieurs plongeoirs (jusqu’à 5 mètres de haut), 224 cabines et quatre vestiaires. Elle rappelle, par son style, les grands transatlantiques d’avant-guerre.

L’architecte Paul Hanote se montre en effet, dans ce chantier, comme un tenant de l’art déco. Il y applique l’ensemble des principes fonctionnalistes mis alors en œuvre : monumentalisme, utilisation de matériaux modernes, attrait pour les surfaces planes, les lignes droites et la symétrie, etc.

Un franc succès

Situé au cœur des corons, le complexe est rapidement investi par les habitants, qui goûtent pour la première fois aux congés payés : en famille ou entre amis, les mineurs, dont très peu savent nager, viennent y faire trempette ou prendre un bain de soleil.

Rénovée en 1997 afin de se conformer aux règles de sécurité en vigueur, la piscine de Bruay est ainsi encore aujourd’hui l’un des lieux emblématiques du patrimoine contemporain de l’Artois.

"L'ouverture de l'école de natation de Bruay-en-Artois" dans Le Réveil du Nord du 2 août 1936.

Après sept mois de travaux ininterrompus, la ville de Bruay-en-Artois, a hier, après-midi, reçu de l’architecte : Monsieur Hanote, un nouvel et magnifique établissement : l’École de natation.
Le symbolique geste de prise de possession exécuté par Monsieur Cadot, Député, Maire de la Ville, a aussitôt été suivi d’un autre geste, pas symbolique celui-là : le "baptême" officiel des nombreux nageurs et nageuses qui sous la pluie et sans plus tarder se sont précipités dans les eaux claires et limpides des deux bassins.

À dater de cet instant, donc, l’école est ouverte à tous suivant un règlement mis au point par la Municipalité, règlement auquel on devra naturellement se conformer, car il y a là, pour l’Administration de Bruay qui s’est montrée très large de vues une certaine responsabilité.
En outre des vies humaines à conserver, il faut aussi penser aux questions de propreté, d’hygiène, de sécurité, de tenue, surtout.

Les bassins

Nous ne referons plus l’historique de cet établissement, tant désiré, tant réclamé par la jeunesse sportive de Bruay, cette jeunesse à qui, maintenant, toutes les facilités sont accordées par la Municipalité de Monsieur Cadot pour lui permettre de se dépenser dans tous les genres d’exercices physiques possibles. La pratique raisonnée de tous les sports est donc maintenant accessible à tous.
L’ouverture de ces deux vastes bassins de natation vient, en quelque sorte, compléter le cycle entier des sports bruaysiens.
Dans cette piscine de 25 mètres sur 33 mètres, destinée aux adultes nageurs et dans l’autre en demi-cercle, d’un diamètre de 25 mètres destinée aux "apprentis" nageurs et aux enfants, la jeunesse va pouvoir maintenant s’ébattre. Des fêtes, des compétitions y seront organisées, et déjà, sans cette eau céleste, qui, à l’heure de l’inauguration, tombait en avalanche obligeant les personnalités à se réfugier dans les cabines (les parapluies ne suffisaient plus), on aurait pu assister à des démonstrations curieuses, passionnantes même.
L’excellent maître-nageur, diplômé, Monsieur Massinon, n’hésita pas d’ailleurs, malgré le froid et les ondées à se précipiter du haut du plongeoir supérieur, dans le bassin. Dix fois, toujours sous la pluie, sous le vent même qui soufflait en tempête, Monsieur Massinon répéta son geste. Il fallait coûte que coûte, inaugurer ce magnifique établissement et c’est lui, d’abord, ce sont d’autres jeunes gens ensuite, qui se dévouèrent et montrèrent ainsi à la Municipalité de Bruay, ainsi qu’à son Député-Maire, Monsieur Cadot, toute leur reconnaissance.

Les personnalités

À cette cérémonie, contrariée par le temps, on voyait là présents : Messieurs Henri Cadot, Député, Maire de Bruay ; Beltremieux, Député ; Wéry ; Michel ; Leroy ; Docteur Hémery, adjoints au Maire ; Hanote, l’éminent architecte, auteur de l’établissement et Administrateur de la Ville ; les Conseillers municipaux dont Messieurs Lecière, Verbeck, Brassart, etc. ; les entrepreneurs Messieurs Broucke, de Lens pour le gros œuvre ; Degremont, réalisateur du service de régénération des eaux ; Landas, d’Arras, qui s’est particulièrement occupé des canalisations et de l’organisation sanitaire.
On remarquait encore : Messieurs Clotaire Cadot, Secrétaire général de la Mairie ; Crétel, Secrétaire général-adjoint ; Gest, Directeur de l’École de Musique ; Heinguez, chef du service des travaux ; Robert, Chef du service d’Octroi ; Dadon, Commissaire de Police ; Méresse, Receveur Municipal ; Berthe, Contrôleur des Contributions ; Cauwez, employé principal du cabinet de Messieurs Hanote ; Lefebvre, etc.

L’hommage au Député-Maire de Bruay

Dans les sous-sols, auprès des machines, Monsieur Hanote, architecte, reçut "ses" invités et s’excusant de la simplicité avec laquelle, obligatoirement, il les accueillait, l’éminent auteur des réalisations faites, remit l’établissement aux mains de son sympathique Maire et de toute la population Bruaysienne, Monsieur Hanote exprima sa reconnaissance à ses collaborateurs, entrepreneurs et constructeurs et puis, après la remise d’une magnifique gerbe au Député-Maire par un représentant du personnel ouvrier, Monsieur Michel lui présenta le personnel nouvellement attaché à l’établissement : Monsieur Massinon, maître nageur diplômé ; Édouard Bourdon, Leriche, Aimé Cadot, fils du Maire de Labuissière ; Mademoiselle Pruvost, ainsi que Monsieur Beaumont, surveillant général de l’École.

Archives départementales du Pas-de-Calais, PG 15/50.

Pour en savoir plus

"La piscine municipale de Bruay-en-Artois et le socialisme municipal d’Henri Cadot", Marc Verdure, Revue des jeunes chercheurs en histoire de l’architecture.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits