Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 17 décembre 2018 - 18h14
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 2 janvier 1934 : décès de l'historien Pierre de la Gorce

2 janvier 1934 : décès de l'historien Pierre de la Gorce

Le 2 janvier 2018

Dis moi ce que tu lis, et je te dirai qui tu es est une citation populaire que l’on doit à Pierre de la Gorce, un Artésien reçu à l’Académie française le 25 janvier 1917.

Mort le 2 janvier 1934 (à 21 heures 15) à son domicile parisien rue Joseph Bara, Pierre de la Gorce fut un éminent historien et auteur de nombreux ouvrages sur la vie de l’Église de France à la fin du XVIIIe et au cours du XIXe siècle, ainsi que sur l’histoire de la Restauration de la Seconde République et du Second Empire.

Première carrière dans la magistrature

Fils d’un soldat de la Restauration et de la Monarchie de Juillet, Pierre François Gustave de la Gorce est né à Vannes en 1846. Orphelin de mère à l’âge de deux ans, il est confié par son père à une tante qui vivait à Maubeuge. C’est au collège Saint-Pierre de Douai, avec pour professeur l’Abbé Dehaisnes, qu’il fait  ses études secondaires et où on lui inculque le goût des lettres. Dans cet établissement religieux, il se nouera d’amitiés avec Charles Grimbert ou encore Amaury de Warenghien, conte qui deviendra un jour son beau-frère.

Pierre de la Gorce va pourtant s’orienter vers la magistrature selon la volonté de son père. Après avoir obtenu son doctorat en droit en 1870, il débute sa carrière comme juge suppléant à Rocroi, dans les Ardennes. Magistrat à Montreuil, il est ensuite nommé substitut du Procureur à Béthune puis à Saint-Omer en 1874. Pierre de la Gorce y vivait en 1876 lorsque sa conscience religieuse au moment des décrets Jules Ferry lui dicta sa démission.

Peintre de grandes fresques historiques

Après avoir plaidé comme avocat quelque temps au barreau de Saint-Omer, il va enfin se consacrer à sa passion pour l’Histoire et connaître le succès qu’on lui sait aujourd’hui. C’est ainsi qu’il s’installe à Paris tout en gardant l’habitude de passer quelques mois chez son fils aîné au château de Verchocq. Son fils Pierre Charles André de la Gorce est conseiller général du canton d’Hucqueliers et sera élu maire de la commune de Verchocq en 1935.

Pierre de la Gorce publie de nombreux ouvrages parmi lesquels de grandes fresques historiques et plusieurs monographies : après l’Histoire de la Seconde République, il entamera une œuvre de longue haleine, Histoire du Second Empire en sept volumes, auxquels s’ajouteront les cinq tomes de l’Histoire Religieuse de la Révolution Française.

Une passion récompensée

Membre de l’Académie des Sciences morales en 1907, il reçoit le grand prix Gobert de l’Académie française en 1900. Élu à l’Académie française le 12 février 1914, le même jour qu’Alfred Capus et Henri Bergson, Pierre de La Gorce l'emporte sur Camille Jullian par 16 voix contre 9 et occupe le fauteuil de Paul Thureau-Dangin, mort le 25 février 1913. C'est Henri de Régnier qui le reçoit sous la coupole le 25 janvier 1917 (voir le discours de sa réception en ressource complémentaire).

Mort à Paris, c’est à Verchocq que sont célébrées le 8 janvier 1934 les funérailles de Pierre de la Gorce, offrant le spectacle inattendu et émouvant d’un cercueil recouvert de l’habit brodé, de l’épée et du bicorne d’Académicien. La foule avait auparavant défilé dans la chapelle ardente où était exposé le corps du défunt, ramené la veille de Paris où un service avait été célébré à Notre-Dame-des-Champs. En présence de ses fils André et Paul de la Gorce, de la famille et de nombreuses personnalités locales, l’inhumation donnée par le vicaire général Maréchal fut extrêmement simple : l’Académicien fut placé devant le caveau, au pied de la vieille église du village.

Pierre de la Gorce cède son fauteuil d’Académicien à Maurice de Broglie.

Pour aller plus loin

Discours de réception de Pierre de Gorce à l'Académie française
(publié dans Le Télégramme du 26 janvier 1917)

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits