Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 27 juillet 2017 - 04h22
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 2 mars 1852 : naissance d’Arthur-Joseph Lamendin, le "député mineur" du Pas-de-Calais

2 mars 1852 : naissance d’Arthur-Joseph Lamendin, le "député mineur" du Pas-de-Calais

Le 2 mars 2017

La voix des mineurs

Né à Lourches (Nord) le 2 mars 1852, Arthur Lamendin est avec Émile Basly l’une des grandes figures du syndicalisme minier du Nord-Pas de Calais.

Fils d’un garde particulier des mines et d’une herscheuse, Arthur Lamendin travaille très jeune sur le carreau de la fosse et descend au fond dès l’âge de douze ans. En 1874, il se fait engager par la compagnie de Liévin comme chef de coupe à la fosse 1.

Ses premières tentatives pour réunir en syndicat les mineurs du Pas-de-Calais datent de 1882 : il monte alors une section à Lens et à Liévin, puis ouvre des permanences à Hénin, Bruay, Bully et Ferfay. Ces projets lui valent l'hostilité de la Compagnie qui ne tarde pas à le congédier lors de la grande grève du bassin d’Anzin (février-avril 1884). Lamendin n'en continue pas moins sa propagande : il est l'un des promoteurs de la grève de 1889 et devient le secrétaire général de l'Association syndicale des mineurs du Pas-de-Calais à la même époque.

Un engagement politique

En 1890, il est nommé membre du Conseil supérieur du travail par le ministre du Commerce et de l'Industrie. L’année suivante, il est élu conseiller municipal de Liévin ; en 1892, lors d'une élection législative partielle dans la deuxième circonscription de Béthune, il recueille 12 242 voix contre 6 035 pour son adversaire, Monsieur Delisse ; il est réélu facilement de 1893 à 1914. Son programme renferme trois points essentiels : la lutte contre les grandes compagnies financières, le maintien de la paix mais aussi la préparation d'une éventuelle défense, enfin la large diffusion de l'instruction primaire. Il est aussi l'un des premiers à se prononcer pour l'impôt progressif sur le revenu.

Inscrit au parti socialiste, le député Lamendin prend régulièrement part aux débats de la Chambre qui touchent à la condition ouvrière. Il soutient la proposition de Basly tendant à l’organisation d'une "grande commission" d'enquête sur les conditions de travail dans les mines et intervient en faveur de la création de caisses de secours et de retraites des ouvriers mineurs. Il collabore ardemment à l'élaboration de la législation sur les conseils de prud'hommes et les accidents du travail. Il ose même proposer "l'amnistie pour faits de grèves et faits connexes" en 1902. Fidèle à son programme, il intervient aussi souvent dans les discussions concernant l'éducation nationale comme en 1913 sur les thèmes de la fréquentation scolaire et la défense de l’école laïque.

En 1904, il devient conseiller général du canton de Lens-Ouest, puis maire de Liévin en 1905, mandat qu'il exerce jusqu'en juin 1912, date à laquelle il est battu aux élections municipales par Pierre Leroy.

De 1914 à 1916, Arthur Lamendin sert d’interlocuteur auprès de l’occupant allemand et participe au ravitaillement de la ville qui manque de vivres. Il doit toutefois être rapatrié à Paris sur les instances de la Croix Rouge en décembre 1916 pour raisons de santé.

Gravement malade, Arthur Lamendin ne peut pas solliciter un nouveau mandat de député en 1919 mais reste néanmoins président de la section du parti socialiste de Neuville-sur-Escaut. Il meurt dans cette ville le 3 novembre 1920 à l’âge de 68 ans.

Evénements relatifs

Le 24 décembre 1916 : à Liévin

Le 24 décembre 1916 : à Liévin

Le 28 août 1914, le maire François Plouvier abandonne ses fonctions en prenant la fuite avec ses...

Le 24 décembre 2016 Le 24 décembre 1916 : à Liévin

Bibliographie

  • Jacques Bécourt, Arthur Lamendin (1852-1920), un député au service de son syndicat, Université de Lille 3, 1972
  • Jean Bouriez, "Les syndicalistes de Lens", dans Bulletin de la Société de recherches historiques de la région d'Hénin-Carvin, 1986, 11, pages 5 à 18
  • Catherine Dhérent, Annie Kuhnmunch, Rolande Trempé, Les conventions collectives de la mine (1891-1947), Archives départementales du Pas-de-Calais, 1991
  • Dictionnaire des parlementaires français. Notices biographiques sur les ministres, députés et sénateurs français de 1889 à 1940, publié sous la direction de J. JOLLY, Paris, 1960-1972
  • P. Maqueron, L'œuvre du Syndicat du Pas-de-Calais, Lille, 1904, page 158
  • Jean-Pierre Roger, Arthur Lamendin. Le député, le syndicaliste, le maire, Liévin, 1978, 49 pages

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits