Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 17 novembre 2017 - 19h19
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 21 novembre 1934 : décès du poète-mineur Arthur Chardon

21 novembre 1934 : décès du poète-mineur Arthur Chardon

Le 21 novembre 2017

Un enfant des mines

Arthur-Henri Chardon naît le 9 avril 1863 à Courrières, au cœur des corons. Son père, Henri-Joseph Chardon est mineur à la fosse 1, dite "Poussière", premier gisement exploité dans le Pas-de-Calais, à partir de 1851, par la Compagnie des Mines de Courrières.

Comme beaucoup de ses camarades, il quitte tôt les bancs de l’école pour suivre son père "au trou". Il devient galibot à l’âge de treize ans et passe une grande partie de sa vie dans les galeries de la Compagnie.

De sa vie de labeur, il compose deux opuscules de poésie, réunis sous le titre général Les Chants d’un mineur (édité à Billy-Montigny en 1912). Ses poèmes traitent du quotidien des gueules noires : la fosse, les conditions de travail difficiles, les coups de grisou (il sera profondément marqué par la catastrophe de Courrières en 1906), mais aussi la famille, la vie dans les corons et les estaminets, les camarades et la joie de vivre qui les anime malgré la dureté de leur existence. Il publie également plusieurs poèmes dans le Journal d’Hénin-Liétard.

La sensibilité, l’humour et le style de cet autodidacte le font bientôt connaître au-delà des frontières de la fosse et lui valent les éloges d’illustres personnages. C’est ainsi qu’il reçoit les compliments du général Lyautey (futur académicien, alors résident général au Maroc) : dans une forme originale et saisissante, vous avez parfaitement évoqué la vie du pays noir. Je vous félicite pour votre beau talent. Ce dernier le fera chevalier du Ouissam Alaouite (décoration marocaine créée en 1913 sous le protectorat français).

Un poète reconnu

En septembre 1912, il est nommé vice-président de la société des Rosati des Houillères. Par ailleurs, le cercle des Rosati d’Arras lui décerne le 5 août 1913 un diplôme hors-classe pour une poésie intitulée Les Rosati poètes mineurs.

L’année suivante, il est le lauréat du concours littéraire national des Cadets de France. La première guerre mondiale lui fournit de nouveaux sujets d’inspiration et il compose une série de pièces patriotiques.

Cet aède d’un genre nouveau s’éteint à Arras le 21 novembre 1934 et, bien que son œuvre soit quelque peu oubliée aujourd’hui, elle demeure un des plus beaux témoignages de poésie picarde en pays minier.

Poème d’Arthur Chardon, 26 septembre 1909

Vous m’connissez point ? Non ? Faut y qu’cha m’étonne,
Vous n’perdez point grand cose, davanche ej vous pardonne.
Ch’est in vieux carbonnier qu’à ses momints perdus
Écrit des radotach’s d’andouill’s mal dépindus.

Si quéqu’fos par hazard pour vous gonfler la rate,
Vous lisez mes écrits, dites-vous bin comarates
Qui faut dél’volonté et surtout dél’passion
Pou composer des vers rimés sans instruction.

S’sus déjà su l’quémin pou l’Mérite à bricoles.
Pou c’décoration-là faut point beaucoup d’école ;
Si jé m’présente un jour vous m’nom’rez Sénateur
Pass’qué s’sus bin certain qu’vous s’rez mes électeurs.

Quarant’ francs tous les jours ! Cha m’in fra des quinzaines
J’arai dé domestiqu’s, des cochers, des méquennes ;
J’vous promets déjà mieux qu’no Député Dupont :
Fait’s vous faire inne rivière et j’vous f’rai un pont.

Si j’vous ai déverti, j’s’rai contint dé m’victoire,
J’n’aspire point à l’grandeur, encore moins à la gloire,
Jé n’sus point imbitieux, n’allez point toutd’touss
M’accabler d’complimints et m’écraser d’bravos.

Ach’teur j’ai inne séquoi su l’cœur faut qu’jé l’répète,
Piss qué tout l’monde el dit jusqu’à front des bowettes,
Cha va fair’ des jalous, mais faut qu’jé l’dich tout court :
Ch’est mi l’pus biau garchon des corons d’Méricourt.

Tiré d’ "Un poète mineur : Arthur Chardon, de Méricourt", Gauheria, 3, 1er trimestre 1985, p. 78-80. Archives départementales du Pas-de-Calais, PC 1598/2.

Bibliographie

  • J.C. HÉRAUT, Le Pic et la Plume-Arthur Chardon, poète mineur, extrait du bulletin Maricourt de l’association Les Amis de Méricourt, 1983, 17 p., Archives départementales du Pas-de-Calais, BHD 812/11
  • "Un poète mineur : Arthur Chardon, de Méricourt", Gauheria, 3, 1er trimestre 1985, p. 78-80. Archives départementales du Pas-de-Calais, PC 1598/2

Pour aller plus loin

Jacques LANDRECIES, "Un genre original : la littérature picarde du Pays minier", Nord, 19, Poètes d’expression picarde d’hier et d’aujourd’hui, juin 1992, p. 69-76.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits