Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 15 décembre 2019 - 12h40
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00
(interruption du magasinage de 11h30 à 13h30)

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
(interruption du magasinage de 11h30 à 13h30)

Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 23 décembre 1804 : naissance de Charles-Augustin Sainte-Beuve

23 décembre 1804 : naissance de Charles-Augustin Sainte-Beuve

Le 23 décembre 2019

Charles-Augustin Sainte-Beuve, poète et critique littéraire, est né le 23 décembre 1804 à Boulogne-sur-Mer où son père, mort deux mois avant sa naissance, était contrôleur principal des droits réunis et conseiller municipal. 

Sa mère, Augustine Coilliot, l’élève seule. À huit ans, Sainte-Beuve entre à l’institution Blériot de Boulogne-sur-Mer ; il y est externe jusqu’en 1818, date à laquelle il part poursuivre ses études à Paris, à l’institution Landry et aux collèges Charlemagne puis Bourbon.

Élève brillant, il remporte le premier prix de poésie latine au concours général en 1822 et devient bachelier ès-lettres l’année suivante, puis ès-sciences en 1824. Alors que ses goûts l’entraînent vers la poésie, il choisit d’étudier la médecine et l’anatomie. Il obtient un poste d’externe à l’hôpital Saint-Louis à Paris, mais abandonne la médecine dès 1827 pour se consacrer à la littérature.

Journaliste, critique et auteur

Il a débuté trois ans plus tôt, le 10 octobre 1824, dans le journal Le Globe fondé par l’un de ses anciens professeurs, Paul-François Dubois, et y écrit, sous le pseudonyme de Joseph Delorme, des articles d’histoire, de philosophie et de critique.

Lorsqu’en 1827, Victor Hugo publie ses Odes et ballades, Sainte-Beuve en fait une critique enthousiaste et élogieuse. Les deux hommes se rencontrent alors et se lient d’amitié. Victor Hugo le fait entrer dans le cénacle de Charles Nodier, aux côtés d’Alfred de Vigny et d’Alfred de Musset. Mais bientôt leur relation est entachée par la jalousie : Adèle Hugo, lassée de sa solitude, aurait en effet succombé aux lettres passionnées de Sainte-Beuve. Découvrant leur relation pourtant discrète, Victor Hugo aurait alors mis fin à leur amitié. Sainte-Beuve évoque cet épisode dans son roman Volupté, paru en 1834. Il s’est aussi brouillé avec Dubois, qu’il affronte en duel, sans résultat, le 20 septembre 1830.

La première véritable publication de Sainte-Beuve, Tableau historique et critique de la poésie française et du théâtre français au XVIe siècle (1828), qui remet notamment Ronsard au goût du jour, est considérée comme l’un des ouvrages les plus novateurs en ce domaine.

Propulsé dès lors au rang de critique reconnu, Sainte-Beuve publie ses premières poésies dans une œuvre mêlant vers et prose, Vie, poésies et pensées de Joseph Delorme (1829) et un recueil intitulé Les Consolations (1830), qui ne rencontrent que peu de succès. Déçu, il décide de se consacrer totalement à ses chroniques critiques, dans Le National, la Revue de Paris ou la Revue des deux mondes, qui donnent ses Portraits littéraires (1832-1839) ou ses Portraits contemporains (1846).

Son œuvre la plus célèbre reste Port Royal (1840-1862) qui décrit l'histoire de l'abbaye janséniste de Port-Royal-des-Champs et qui rassemble les cours de littérature donnés à l’académie de Lausanne en 1837 et 1838. Il est élu à l’Académie française le 14 mars 1844.

Maître de conférences

Pour des raisons plus personnelles que politiques, il accepte de donner des conférences à Liège en 1848 (qui donneront naissance à son étude sur Châteaubriand et son groupe, 1860) ; il rentre à Paris en 1849, et entreprend, le 1er octobre, dans le Constitutionnel, ses Causeries du lundi, premier d’une série d’articles hebdomadaires parus jusqu’à sa mort dans divers journaux tels que Le Moniteur et rassemblés ensuite en volumes (Causeries du lundi, 1851-1857 ; Nouveaux lundis, 1863).

Rallié au coup d’État du 2 décembre 1851, il est un familier du salon de la princesse Mathilde. Considéré comme un partisan du Second Empire, il doit très vite renoncer à la chaire de poésie latine qu’il a obtenue au Collège de France en novembre 1854, face aux chahuts des étudiants ; il devient toutefois avec plus de succès maître de conférences en littérature française à l’École normale supérieure de 1857 à 1861. Il siège au Sénat à partir d’avril 1865, y défend la liberté de penser et proteste contre l’intolérance religieuse. Il meurt à Paris, le 13 octobre 1869.

Pour en savoir plus 

Bibliographie sélective sur le site des Célébrations nationales (2004) : culture.gouv.fr/culture/actualites/celebrations2004/biblio.htm

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits