Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 13 novembre 2018 - 00h31
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 25 octobre 1915 : décès de l'abbé Odilon Boulinguez, écrasé par un tramway à Saint-Léonard

25 octobre 1915 : décès de l'abbé Odilon Boulinguez, écrasé par un tramway à Saint-Léonard

Le 25 octobre 2018

Après une journée entièrement consacrée au service des âmes à Saint-Léonard, l’abbé Odilon Boulinguez, rédacteur en chef du journal La Croix du Pas-de-Calais, est victime d’un accident mortel en se rendant au bureau du journal. L’article de presse retranscrit ci-dessous relate dans les détails son accident et l’émotion vive causée par la mort de ce prêtre qui a fait de la presse catholique, à Arras comme à Boulogne-sur-Mer, l’œuvre capitale de sa vie.

Biographie

Odilon Boulinguez naît le 2 mai 1858 à Givenchy-lès-La-Bassée. Son père, Charles-Joseph, dirige un pensionnat chrétien à La Bassée. Élève de l’abbé Rivelois, curé de Quiéry-la-Motte, puis des prêtres du collège Saint-Jean de Douai, il poursuit ses études de philosophie et de théologie à l’Université catholique de Lille. Lors de la fondation du séminaire Saint-Thomas à Arras, il est chargé par le chanoine Depotter d’y introduire l’enseignement des sciences physiques et est encouragé à mettre en pratique une série d’innovations, telles que le téléphone ou les projections lumineuses.

Ordonné prêtre le 11 juin 1881, il dirige en 1887 le collège Notre-Dame de Boulogne-sur-Mer, devient vicaire à Notre-Dame en 1891, avant d’être nommé curé de la paroisse de Saint-Léonard.

Odilon Boulinguez cultive parallèlement une véritable vocation : la brochure, le tract et le journal. Il cumule diverses fonctions, dont celle de rédacteur en chef, à La Croix de Boulogne et du Pas-de-Calais, supplément créé en 1891. Il est aussi l’auteur anonyme d’une Notice sur Notre-Dame de Boulogne, illustré populaire de l’éditeur Paillard. Sa large diffusion va contribuer à mieux faire connaître et honorer la sainte patronne.

Tragique accident à Saint-Léonard

M. l'abbé Boulinguez, directeur de "La Croix du Pas-de-Calais" écrasé par un tramway

Un terrible accident qui a provoqué en ville, aussitôt connu, la plus vive émotion s’est produit hier soir sur la route de Pont-de-Briques à Boulogne.

Notre confrère M. l’abbé Odilon Boulinguez, directeur de la Croix du Pas-de-Calais et desservant de Saint-Léonard, a été écrasé par un tramway de la Société du Boulonnais, dans les circonstances ci-après.

Le tramway de 5 heures 1-2, complété par une remorque, venait de quitter Pont-de-Briques. Bondés comme toujours à pareille heure le dimanche de promeneurs et de soldats anglais, car et remorque gravissaient lentement la rude montée de Saint-Léonard.

M. Boulinguez qui usait plusieurs fois par jour de ce mode de locomotion, l’attendait au passage pour se rendre à Boulogne.

En retard probablement et craignant de le manquer il sortit précipitamment de chez lui, traversa la route en courant et encore alerte, bien qu’il frisât la soixantaine, il voulut sauter à contre-voie sur le marchepied de la remorque, au milieu de cette dernière.

Malheureusement, l’obscurité était profonde et le terrain, détrempé par la pluie récente, était des plus glissants.

Ébloui sans doute par le phare et les lumières du tramway et glissant sur le macadam humide, l’abbé Boulinguez manqua son coup et, les jambes en avant, fila d’un seul jet sous la remorque lourdement chargée dont les deux roues arrière lui passèrent sur les jambes et le haut du corps. Deux soldats anglais assis au bord de la voiture avaient vainement tenté de retenir le malheureux.

Au cri d’angoisse indicible proféré par l’infortuné prêtre, la clameur des passagers avait aussitôt répondu. La voiture motrice s’était arrêtée net, la remorque s’étant pour ainsi dire calée sur le corps qu’elle venait de broyer et ayant, par suite, déraillé.

Avec des précautions infinies, on releva l’abbé Boulinguez qui ne donnait plus signe de vie. Une voiture d’ambulance anglaise passait à ce moment. On y déposa le blessé qui respirait encore faiblement et qui fut transporté en toute hâte à l’hôpital Saint-Louis à Boulogne.

Quelques minutes après son arrivée dans l’établissement, l’abbé Boulinguez, administré in extremis par M. l’aumônier Caboche, rendait le dernier soupir. M. le docteur Deseille qui était dans le tramway et qui avait suivi ne put que constater le décès.

Il avait été littéralement broyé par la voiture remorque. Les deux jambes avaient été réduites en bouillie à hauteur des mollets. Les bras et la poitrine étaient dans le même état.

La sœur et la nièce de M. Boulinguez qui habitaient avec lui ont été prévenues avec les plus grands ménagements, du malheur imprévu qui les frappe.

Le corps de leur parent leur sera rendu aujourd’hui dès que les formalités nécessaires au transfert auront été remplies.

Depuis de longues années, l’abbé Boulinguez dirigeait non sans quelque talent le journal La Croix. Comme chez tous les hommes à convictions fortes, sa plume était parfois quelque peu acidulée, mais au point de vue professionnel c’était un confrère d’une parfaite correction. Aussi sa mort tragique ne peut-elle manquer d’être ressentie vivement par tous les membres de la Presse locale.

Pour notre part, nous nous faisons un devoir de présenter à ses parentes éplorées l’expression de nos condoléances les plus confraternelles et les plus attristées.

La France du Nord, lundi 25 octobre 1915. Archives départementales du Pas-de-Calais, PG 16/93.

Bibliographie

N. DUPRÉ-LAFAILLE, "Boulinguez Odilon", Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, 11. Arras. Artois-Côte d’Opale, Paris, Beauchesne, 2013, p. 96.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits