Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 27 juillet 2017 - 04h41
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 6 avril 1801 : naissance d'Hippolyte Carnot

6 avril 1801 : naissance d'Hippolyte Carnot Au sein de la collection Victor Barbier (sous-série 4 J), figure un ensemble de neuf caricatures d’hommes politiques originaires du Pas-de-Calais.

Le 6 avril 2017

Au sein de la collection Victor Barbier (sous-série 4 J), figure un ensemble de neuf caricatures d’hommes politiques originaires du Pas-de-Calais, dessinées sur calque à l’encre de Chine et à l’aquarelle. La plupart paraissent avoir été composées à l’occasion des élections sénatoriales de janvier 1876 ou des législatives de février-mars. Celle d’Hippolyte Carnot rappelle à la fois son passé saint-simonien, ses principales publications et le destin étonnant de sa famille.

Érudit engagé

C’est le 16 germinal an IX (6 avril 1801) que naît à Saint-Omer Lazare-Hippolyte Carnot. Fils cadet du "grand Carnot" et de Sophie du Pont (fille d’un directeur des subsistances militaires audomarois, propriétaire du château de Belst à Saint-Martin-au-Laërt), il suit son père à Paris, puis en exil à partir de 1815, en Belgique, en Pologne et à Magdebourg, où Lazare meurt le 2 août 1823. Rentré en France, Hippolyte Carnot fréquente les cercles libéraux, ainsi que les saint-simoniens dès la fin de 1826, collabore à leurs périodiques et dirige la Revue encyclopédique en 1831-1833, tout en traduisant des ouvrages allemands, tels les Chants helléniens de Wilhelm Müller (1828). Élu à Paris député de l’opposition dynastique en mars 1839, juillet 1842 et août 1846, il défend la doctrine de son parti dans Les radicaux et la Charte, paru en 1847.

Républicain convaincu

Rallié à la République née de la Révolution de février 1848, il reçoit le portefeuille de l’Instruction publique dans le ministère formé par le Gouvernement provisoire. Son décret du 8 mars prévoit la création d’une école d’administration, destinée à former les hauts fonctionnaires ; il prépare de même un projet de loi sur la gratuité et l’obligation de l’instruction. Il est maintenu à son poste lors des remaniements des 11 mai et 28 juin, mais doit démissionner le 5 juillet face à la défiance de l’Assemblée. Il avait été élu à la Constituante en avril 1848 ; battu en mai 1849, il redevient représentant de la Seine en mars 1850, grâce à l’appui des démocrates socialistes. Il proteste contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte et refuse de prêter serment au nouveau régime pour pouvoir siéger au Corps législatif, tant en février 1852 qu’en juin 1857. Il accepte en revanche d’y entrer en mars 1864, au nom de la première circonscription de Paris, mais échoue par deux fois au renouvellement de 1869. Maire du 8e arrondissement de Paris le 4 septembre 1870, il représente la Seine-et-Oise à l’Assemblée nationale de février 1871 et vote avec la gauche républicaine. Il est choisi le 15 décembre 1875 pour faire partie des sénateurs inamovibles ; devenu le doyen de la Chambre haute, il meurt à Paris le 15 mars 1888.

Son fils aîné, Sadi Carnot (1837-1894), le futur président de la République, a été député de Côte-d’Or de février 1871 à décembre 1887, ministre des Travaux publics, puis des Finances ; son cadet, Adolphe (1839-1920), professeur de chimie et directeur de l’École des mines de Paris, a été conseiller général (1898), et président du conseil général (1902-1908) de la Charente.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits