Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 24 mai 2017 - 13h40
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 21 61 90
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 6 mai 1994 : inauguration du tunnel sous la Manche

6 mai 1994 : inauguration du tunnel sous la Manche

Le 6 mai 2017

Jamais deux sans trois. Cet adage populaire illustre bien la concrétisation d’un vieux rêve : relier l’Angleterre au continent. Il y eut d’abord un premier chantier, abandonné en 1882 (voir Des calèches sous la Manche), puis un second, lui-même stoppé en 1975 (voir "Chunnel or not Chunnel" dans Histoire et Mémoire n° 59, p. 5-7).
Fort heureusement, l’obsession était tenace, puisque le troisième projet aboutit finalement à l’inauguration du tunnel le 6 mai 1994.

Relance du projet

La relance, en 1985, résulte notamment de l’entente cordiale entre François Mitterrand et Margaret Thatcher. Le 20 janvier 1986, le président français et la première ministre britannique apparaissent côte à côte pour annoncer la solution retenue parmi les quatre en lice : ce sera celle des groupes France Manche et Channel Tunnel group. Le 12 février, à Canterbury, les deux chefs d’État signent le traité franco-britannique concrétisant la réalisation de la future liaison transmanche.

Un mois plus tard, le 14 mars, le consortium France Manche et Channel Tunnel group (devenu depuis Eurotunnel) obtient une concession pour une durée de 55 ans. Les travaux débutent à l’automne, bien que le traité binational ne soit pas encore ratifié (il le sera le 29 juillet 1987). Durant toute la durée du chantier (à savoir huit ans), Eurotunnel demeure le maître d’ouvrage principal qui supervise la réalisation et assure l’exploitation ; mais la livraison de l’ouvrage a été conclue avec le groupe TLM (TransManche Link), association de dix entreprises de BTP (cinq anglaises et cinq françaises).

Le projet du siècle

Tous les médias parlent du "projet du siècle" : le tunnel mesurera 49,2 km et sera composé de trois galeries, deux principales pour les navettes et les trains et une troisième plus petite, dite galerie de service. Il s’agit d’un système de transport de masse qui réunit à la fois la route et le rail ; la vitesse moyenne des trains étant de 160 km/h, on peut espérer une traversée en 35 mn. Du jamais vu auparavant !

En parallèle, on crée des infrastructures complémentaires. En France, dès janvier 1986, le conseil des ministres a adopté des mesures contenant un triple volet routier, ferroviaire et portuaire : aménagement de nouvelles portions d’autoroutes et de routes nationales, mais aussi nouveau tracé ferroviaire afin de permettre à l’Eurostar d’effectuer des liaisons Londres-Bruxelles.

Des prouesses techniques

Le tracé du tunnel a été méticuleusement pensé en amont. S’appuyant sur l’étude précise du terrain, on décide de suivre les couches de craie bleue dont les propriétés correspondent le mieux au percement, et de partir ainsi de Coquelles pour atteindre Folkestone.
Le démarrage est laborieux pour les équipes et les machines. Des problèmes majeurs apparaissent, tels qu’infiltrations d’eau ou défaillances de l’outillage. Six mois de retard environ sont d’abord pris par rapport au calendrier prévisionnel initial. Mais rien n’est insoluble pour les ingénieurs et, après rodage des machines, on accomplit des records : les équipes travaillent jour et nuit et onze tunneliers percent les différentes galeries. Finalement, fin 1990, les forages sont achevés avec trois jours d’avance sur la date prévue.

Des conséquences positives pour la région

Les voies ferrées et les équipements du système de transport peuvent dès lors être installés. Le 15 juillet 1991, on commence à poser les rails. Encore deux ans de travaux seront nécessaires pour terminer ce chantier titanesque.
Au plus fort de la construction, en 1990, 4 000 personnes environ sont employées sur le terrain. En tout, 7 000 emplois ont été créés en cinq ans et plus de 1 500 sociétés, principalement des PME, ont travaillé pour TML. En effet, la compagnie a passé 6,5 milliards de commandes, notamment aux entreprises du Nord-Pas-de-Calais, très actives sur le chantier. On estime qu’elles ont multiplié leur chiffre d’affaires par 2,5 durant la durée des travaux. Et plus de 90 % de la main-d’œuvre est locale. Une vraie bouffée d’oxygène pour notre région durement frappée par la crise économique.

En 1999, un ensemble de dirigeants et d’éditeurs de constructions internationales désigne l’ouvrage comme l’une des plus grandes réussites en termes d’infrastructures, à l’image du barrage d’Assouan ou de l’opéra de Sydney.

Voir aussi

Bibliographie

  • Alain BARRÉ, "Le tunnel sous la Manche et ses problèmes vus au travers de la presse française", dans Campagnes et littoraux d'Europe. Mélanges offerts à Pierre Flatrés, p. 177-183, Lille, 1988. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHB 4536 ;
  • Jean DOMINÉ, Le Tunnel sous la Manche, Arras, impr. de Montligeaon, 1988. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHC 1197/1 ;
  • Arnaud HAMY, "Le chantier du siècle, la construction du tunnel sous la Manche", dans le Bulletin historique et artistique du Calaisis, 185, janvier 2008, p. 45-83. Archives départementales du Pas-de-Calais, PB 89/13.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits