Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 20 octobre 2018 - 00h32
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 9 août 1876 : naissance d’Augustin Lesage

9 août 1876 : naissance d’Augustin Lesage

Le 9 août 2018

Augustin Lesage est né le 9 août 1876 à Saint-Pierre-lès-Auchel où son père, ancien cultivateur à Saint-Venant, vient de s’installer pour travailler dans les puits de mine de la Compagnie de Ferfay et Ames, ouverts depuis 1855. Son enfance est marquée par la mort de Marie, sa sœur âgée de trois ans : trente ans plus tard, c’est à elle qu’il attribuera ses premiers messages médiumniques.

Mineur par nécessité

En juin 1890, il obtient le certificat d’études primaires avec mention de dessin, à une époque où seuls les élèves les plus doués s’y présentent. Pourtant, malgré une scolarité qui peut lui laisser espérer une meilleure condition, il entre comme galibot à la fosse 2 de Ferfay. Sans doute la maladie de sa mère, qui meurt le 27 août de la même année, l’oblige-t-elle à travailler rapidement pour améliorer les revenus de la famille. En 1894, il rencontre Irma Diéval, fille de mineur, qui donne naissance à une fille prénommée Marguerite le 5 mai 1895.

Devenu mineur de fond, il échappe, le jour de ses dix-neuf ans, à un ensevelissement dû à une explosion dont il est en partie responsable. Peu après, il part pour le service militaire au 43e régiment d’infanterie de Lille. Dans son unité, se trouvent deux peintres qui l’emmènent visiter le musée des Beaux-Arts. Il les observe et étudie leurs gestes lorsqu’ils peignent devant lui. Libéré le 23 septembre 1900, il revient à Ferfay, où il se fixe avec Irma qu’il épouse l’année suivante. Leur fils Augustin naît le 19 juin 1901.

Tu seras peintre !

Un jour de 1911, alors âgé de 35 ans, il entend, au fond de la mine, une voix lui dire : Un jour tu seras peintre !. Il se trouve alors dans un boyau de cinquante centimètres. J’étais seul, racontera t-il plus tard, Voyez ma stupéfaction ! J’avais peur, mes cheveux se dressaient sur ma tête. Il garde d’abord cet épisode sous silence puis, un an plus tard, il est initié au spiritisme et commence à peindre de manière automatique. Sa première toile, de 3 mètres sur 3, est conçue à la façon des miniaturistes. Les motifs se succèdent de manière parfaitement symétrique. Augustin Lesage peint de façon spontanée et dit être poussé par des "esprits" qui guident sa main : Lorsque je me mets à peindre, […] je me laisse guider par une force que je ne puis définir […]. Je n’ai jamais pris de leçons, ni de dessin, ni de peinture, je n’ai pour matériel que quelques godets, pinceaux et tubes de couleurs à l’huile. D’où m’est venue ma vocation, après 27 années de mine ? Je ne sais.

À partir de 1913, il quitte la mine pour se consacrer à la peinture et, influencé par les psychosistes que côtoie son ami Ambroise Lecomte, il s’initie au guérissage. Les malades viennent si nombreux voir ces "guérisseurs spirites" que le corps médical leur intente un procès en 1914. Accusé d’exercice illégal de la médecine, Augustin Lesage est acquitté grâce aux témoignages de malades qu’il a guéris.

Succès et reconnaissance

Mobilisé le 2 août 1914, il dessine, dans les tranchées, des cartes postales et des souvenirs du front qu’il distribue aux soldats. Le 11 mars 1916, il est à nouveau affecté dans les mines. Redevenu houilleur à Burbure, il n’abandonne pas la peinture pour autant. Dès 1923 (alors qu’il a définitivement quitté la mine), ses toiles sont exposées à Paris et il connaît un grand succès, d’abord à la Maison des spirites puis au Salon des artistes français. Ses œuvres, rattachées au mouvement spirite et étudiées par André Breton, sont louées par les surréalistes. Elles seront finalement intégrées à la Collection de l’art brut à Lausanne. Il meurt à Burbure le 21 février 1954, laissant près de 800 toiles.

Liens externes

Dossier pédagogique sur L'Esprit de la pyramide, huile sur toile d'Augustin Lesage conservée au Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut. Cliquer ici pour le consulter.

Pour en savoir plus

Annick Notter et Didier Deroeux, Augustin Lesage, 1876-1954, Paris, Philippe Sers éditeur, 1988, 224 p.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits