Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 18 octobre 2017 - 20h11
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Archives en ligne Documents numérisés

Instruments de recherche

Accès direct :

Deux adresses :

Centre Mahaut-d'Artois
Archives anciennes et modernes (dont registres paroissiaux et d'état civil)
1, rue du 19 mars 1962
62000 DAINVILLE
FRANCE
Tél. : +33 (0)3 21 71 10 90
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00

Centre Georges-Besnier
Archives contemporaines, presse
12, place de la Préfecture
62000 ARRAS
FRANCE
Le lundi et mardi, de 9h00 à 17h00
Attention : En raison d'une défaillance technique, ce site est momentanément indisponible aux personnes à mobilité réduite

Plans d'accès

Nous envoyer un courriel

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Anniversaires > 9 octobre 1842 : naissance de Constantin Senlecq, pionnier de la télévision

9 octobre 1842 : naissance de Constantin Senlecq, pionnier de la télévision

Le 9 octobre 2017

Constantin-Louis Senlecq est né le 9 octobre 1842 à Fauquembergues. Son père est distillateur. Après ses études secondaires, il entre dans une école de notariat à Saint-Omer. Il y fait la connaissance d’un colonel du génie, qui fréquente le même restaurant que lui. Ce polytechnicien l’initie à la galvanoplastie, procédé qui permet de préserver un objet de l’oxydation ou d’en faire une empreinte, en appliquant sur sa surface un dépôt métallique par électrolyse. Passionné de sciences, Constantin Senlecq étudie cette technique et met au point sa première invention : un vernis conducteur rendant possible la galvanisation sur les végétaux.

Le télectroscope : ancêtre de la télévision

Dans le même temps, il termine ses études et achète une charge de notaire à Ardres. En 1875, il doit instruire une succession en Angleterre. Il décide d’apprendre l’anglais et, pour se perfectionner, s’abonne à une revue de langue anglaise, la Scientific American, qui l’informe également des progrès de la physique. C’est là qu’il découvre, en 1876, l’invention du téléphone par Graham Bell. Il émet alors l’hypothèse que, si la parole peut être transmise électriquement le long d’une ligne télégraphique, l’image peut l’être elle aussi. Il travaille ainsi, dès 1877, sur un appareil utilisant les particularités physiques, et notamment les propriétés photosensibles, du sélénium. Il appelle son invention le télectroscope et écrit à son ami physicien Hallez d’Arros : Grâce à mon appareil […], la vision à distance vient de cesser d’être un rêve chimérique. Dès maintenant, elle est une réalité. Il en dépose le modèle deux ans plus tard à l’Académie des Sciences de Paris, alors que le téléphone est encore très peu connu en France et que le phonographe d’Edison n’en est qu’à ses balbutiements. La presse française et étrangère en rend compte et célèbre son inventeur. Un article du Scientific American le qualifie de rival d’Edison.La France, y est-il écrit, pays natal de la photographie, vient de donner à l’humanité une seconde merveille, la transmission des images à distance. Vous vous assoirez devant l’appareil de Senlecq à New York et votre image ne tardera pas à apparaître sur l’écran d’une lanterne magique à Boston.

Devant l’engouement suscité par le télectroscope, Constantin Senlecq décide de déposer un brevet en 1907 et le propose à plusieurs industriels. Mais il est contraint d’abandonner ses travaux, découragé par la somme qui lui est demandée pour construire son appareil et par le manque d’intérêt montré par l’Académie des Sciences, pour qui le problème de la transmission des images [est] une utopie irréalisable.

Inventeur touche-à-tout

Il délaisse donc la vision à distance et s’intéresse désormais à l’aéronautique. En 1886, il publie une brochure intitulée : Navigation aérienne, système d’aérostat plus lourd que l’air s’élevant et se maintenant à une hauteur voulue dans l’atmosphère par une force mécanique infiniment réduite. Son système mêle les avantages de l’aérostat gonflé à l’hydrogène et de l’hélice propulsée par un moteur électrique. Il a en effet l’idée d’associer une hélice ascensionnelle à une hélice directionnelle et de fixer la nacelle à un ballon. Mais cet essai de dirigeable ne semble pas avoir eu d’influence sur le développement de la navigation aérienne.

Le 26 mai 1910, le sous-marin Pluviôse est éperonné par un paquebot en rade de Calais, avec 27 hommes à son bord. Il n’y aura aucun survivant. Ému par ce naufrage, Constantin Senlecq imagine une "cloche" permettant d’accéder au bateau immergé pour secourir l’équipage emprisonné dans le submersible. Il propose cet appareil de sauvetage au ministre de la Marine.

Scientifique autodidacte, chercheur touche-à-tout, il réfléchit de même à une évolution de son métier. Le travail de notaire ne le passionne pas et il s’intéresse à la gestion de patrimoine, et plus particulièrement à la finance. Il publie ainsi L’or et l’argent dans la circulation monétaire. Le monométallisme or, cause prépondérante de la ruine agricole et industrielle.

Lorsque la Maison de la radio est inaugurée en 1966, le nom de Constantin Senlecq est cité comme étant l’un de ceux qui ont contribué à l’invention de la télévision. Il est l’un des premiers à avoir pensé et réalisé un système capable de transmettre l’image. Il dit lui-même : Je ne sache pas que personne ait songé avant moi à la construction d’un appareil destiné à transmettre les vibrations de la lumière et je crois être fondé à revendiquer la priorité de cette découverte. Véritable ironie du sort, Constantin Senlecq, mort en 1934, a pu avoir connaissance des succès des essais de télévision mécanique obtenus par Charles-Francis Jenkins et John Logie Baird mais, devenu aveugle, il n’a jamais pu voir les premières images télévisées.

Pour en savoir plus

  • Robert CHAMPEIX, Savants méconnus, inventions oubliées, Paris, 1966
  • André LANGE, "Constantin SENLECQ (1842-1934), le pionnier français de la transmission des images à distance", article en ligne

Voir aussi

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits