Les Archives du Pas-de-Calais (Pas-de-Calais le Département) - Le 17 novembre 2017 - 19h31
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Les Archives du Pas-de-Calais (Aller à l'accueil)

Pour pouvoir visualiser l'animation, vous devez télécharger le plugin Adobe Flash Player.

Flux RSS

Vous êtes dans : Archives > Chercher dans les archives > Fonds et collections > Archives de l'état civil et notariales > Les insolites de l'état civil > Chronique de l'année 1775

Chronique de l'année 1775

Publié le 12 novembre 2012

Registre paroissial de Witternesse, 1775.

Cette année a été singulière dans ces endroits par une
sécheresse constante pendant six mois ; la nuit du 4 au
5 septembre, le tonnerre est tombé dans le cloître d’où
après avoir fait un petit écart au bas d’une
croisée, il est retourné par un autre écart de la même
vitre, de là il est monté au clocher d‘ont il a enlevé
toutes les ardoises d’un pan, brisé un gros montant par
morceau et autres pièces de bois qu’il a noirci sans cependant
y mettre le feu et après avoir fait quelque autre dégât,
il s’est évanoui.
Au commencement de cette année le cardinal Braschi a été
élu pape sous le nom de Pie 6e et a succédé à Clément
XIV.
Au mois de mai, Louis seize, âgé de 20 ans, petit fils
de Louis quinze, a été sacré à Rheims.
Le 14 novembre, il s’est élevé une furieuse bourrasque
qui a déraciné beaucoup d’arbres dans tous le paÿs,
abbatu des moulins, etc. La tempête qui s’éleva
dans les commencemens de décembre fit encore un plus
furieux ravage sur la mer, qui s’étendit sur les
côtes de France, d’Hollande, de Danemarc, a fait crever
les digues et causer de[s] pertes immenses.
Messire Jean Auguste de Chastenet de Puiségur a succedé
à l’évêché de Saint Omer, à Monseigneur François Joachim Mamert
de Conzié nommé à l’archevêché de Tours, qui avoit
remplacé Monseigneur son frère nommé à l’évêché d’Arras.
Une maladie de fièvres putrides qui règne dans le
pays depuis plusieurs années et qui avoit été très
violente dans la paroisse en 1767, a encore beaucoup
affligé le peuple cette année, maladie qui ayant
quelque raport aux fluxion de poitrine doit être traité
une fois deux fois
avec beaucoup de précaution. La saignée n’y entrevenoit
que pour modérer la première plénitude, ensuite beaucoup de
rafraîchissemens, quelques antiputrides, huiles fines,
lavemens jusqu’à ce que les purgations puissent être ordonnée.
Ceux qui au commencement pouvoient user de quelques
bons vomitifs guérissoient plus vite et à meilleur compte.
Car lorsque la maladie prenoit en plein, un délire plus ou
moins grave, il faloit un mois cinq semaines pour être
hors de péril. La convalescence étoit longue et il
faloit être très exact dans son régime et quoique
sur le nombre de malades il n’y ait point eu de morts
à proportion, la plupart de ceux qui sont morts l’ont été
que par des rechutes occasionnées par des indigestions.
Ensuite est survenue tout à coup un espèce de rhume
général en Angletere, icy en France et ailleurs, qu’on
appelloit grippe, qui occasionnoit une toux si fréquente
qu’il n’étoit plus possible de s’entendre dans les églises.
Ceux qui se sont fait saigner en ont été presque tous
la victime. Un air extrêmement froid mêlé de neige
fondue qu’il fit le 19 novembre en a été l’avancoureur.

Archives départementales du Pas-de-Calais, E-dépôt 900/E 3.

L'Europe s'engage

archivespasdecalais.fr est cofinancé par l'Union Européenne. L'Europe s'engage en Pas-de-Calais avec le Fonds Européen de Développement Régional. (FEDER)

Vue en coupe d'un pont sous-marin.

copyright 2011 Pas-de-Calais le Département / Archives départementales | Mentions légales | Crédits