Archives - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Fermeture de la salle de lecture du centre Mahaut-d'Artois les 8 et 13 décembre

La salle de lecture du centre Mahaut-d'Artois (Dainville) sera fermée les jeudi 8 et mardi 13 décembre 2022 pour raison de service.
Nous vous remercions pour votre compréhension.

Robespierre et la société des Amis de la Constitution d’Arras

Galerie photos

Lors de la vente de la collection Dominique de Villepin, chez Pierre Bergé et associés, le 29 novembre 2013, le Département du Pas-de-Calais a acquis un précieux témoignage sur Maximilien de Robespierre et ses relations avec les Jacobins d’Arras. Cette lettre, datée du 6 juillet 1791, constitue l’un des deux seuls documents qui nous restent d’une correspondance qui dut être évidemment beaucoup plus active  entre Robespierre et la société des Amis de la Constitution d’Arras (selon Charles Vellay, dans la Revue politique et littéraire du 1er août 1908, p. 157-159)

Documents autographes conservés aux archives

La seconde lettre rescapée, du 27 juin 1790, est elle aussi conservée aux archives départementales, dans la collection Victor Barbier (4 J 167/7). Une troisième, de juillet-août 1791, semble avoir traversé la Révolution, mais n’est aujourd’hui connue que par une mention dans un catalogue de vente de mars 1858 (Œuvres de Maximilien de Robespierret. III, Correspondance, n° LXXIX, BHB 6242/3).

Médaillon de la Société des Amis de la Constitution d'Arras. Gravure sur cuivre, 1790. Archives départementales du Pas-de-Calais, 4 J 480 125.

Hormis ces missives, les archives du Pas-de-Calais ne disposent que de peu de documents autographes de Maximilien de Robespierre – si l’on excepte les lettres-circulaires signées de sa main, telle celle de la députation du Pas-de-Calais à l’Assemblée nationale, du 28 mars 1791 (conservée en 1 L 208) ; une dernière pièce mérite d’être mentionnée : conservée en 4 L 100/29 et datée du 18 juin 1790, elle est adressée à Charles Michaud, alors curé de Bomy (Œuvres de Maximilien de Robespierret. III, Correspondance, n° XLII, BHB 6242/3).

Documents relatifs à Robespierre conservés aux archives

Pourtant, les archives départementales disposent en fait, à son sujet, d’un ensemble documentaire déjà important, entre autres par le biais des papiers de ses historiens et éditeurs du début du XXe siècle, Émile Lesueur (coauteur avec l’archiviste départemental Eugène Deprez des deux premiers volumes des Œuvres complètes, parus en 1910 et 1912 sous le titre Robespierre à Arras ; sous-série 80 J), et surtout  Victor Barbier (sous-série 4 J), érudit arrageois, cofondateur en 1907 de la société des études robespierristes et à l’origine, avec Charles Vellay, d’une première publication des Œuvres judiciaires (Paris, 1910).

Ces collections regroupent à la fois des factums et mémoires publiés par Robespierre, des ouvrages et articles écrits à son sujet tout au long du XIXe siècle, et des portraits ou estampes le représentant. La partie de la sous-série 4 J consacrée aux manuscrits et autographes locaux de la Révolution est aussi fort développée, en particulier grâce aux achats effectués à la vente du baron André Dard (Saint-Omer, novembre 1892), telle la correspondance d’Antoine Buissart, ami de Lazare Carnot et des frères Robespierre (dix-huit lettres d’Augustin se trouvent ainsi en 4 J 167, et plusieurs reçues par Maximilien ont été reliées en 4 J 168).

Gravure en couleur montrant le buste de Robespierre, tourné de trois-quart. Il porte une perruque blanche, un pardessus noir et une cravate blanche. En-dessous on lit "De superbe oppresseur ennemi redoutable, incorruptible ami du peuple qu'on accable ; il fait briller au sein des viles factions, les vertus d'Aristide et l'âme des Catons".

Portrait de Maximilien de Robespierre, député de la province d'Artois. Gravure sur cuivre. Archives départementales du Pas-de-Calais, 4 J 472/129.

Les autres fonds privés familiaux arrageois, au premier chef Laroche (18 J) et Dubois de Fosseux (32 J), permettent en outre de connaître le milieu dans lequel a vécu Robespierre : en 18 J 302, est par exemple conservé un mémoire judiciaire annoté par Robespierre et offert à l’avocat général au Conseil d’Artois Foacier de Ruzé.

"Je suis votre frère"

La lettre présentée ici est adressée aux Amis de la Constitution d’Arras, société créée le 19 avril 1790 par des proches de Robespierre.
On y trouve :

  • Dubois de Fosseux (maire d’Arras à cette époque et président du directoire du département jusqu’en septembre 1793),
  • l’avocat Lenglet (élu député au Conseil des Anciens en 1798), 
  • Armand Guffroy (élu député en septembre 1792),
  • Herman de Boiswarin (président de la société en 1790, président du tribunal criminel d’Arras en 1792, puis président du tribunal révolutionnaire de Paris en 1793), 
  • et surtout Augustin de Robespierre, intermédiaire essentiel entre les autres membres et son frère, alors député à la Constituante.

Cette société, rassemblant les Jacobins d’Arras, est tout acquise à l’Incorruptible et le soutient avec force lors de la polémique avec Briois de Beaumetz en juin 1790 (objet de la lettre de remerciements du 27 juin). Lors de la crise de Varennes, après la fuite manquée de la famille royale les 20 et 21 juin 1791, elle adopte initialement la version officielle portée par l’Assemblée nationale qui soutient qu’il s’agissait d’une tentative d’enlèvement, et édite une sorte de proclamation dans ce sens, se trouvant alors en désaccord avec Robespierre qu’elle n’a pas eu le temps de consulter. Elle se rallie néanmoins rapidement à l’avocat arrageois et prend une position vigoureuse en affirmant qu’en ces circonstances, la Nation reprend le pouvoir dont elle avait investi le Roi, lorsque celui-ci s’éloigne au sein de la France .

À noter que cet événement est aussi à l’origine de la scission entre les Feuillants (opposés au renversement du roi) et les Jacobins. C’est après une séance houleuse que la Société des Amis de la Constitution d’Arras décide de rester invariablement attachée aux Jacobins  de Paris et donc à Robespierre (selon les termes d’Armand Guffroy le 18 août 1791).

Le 6 juillet 1791, Robespierre écrit ces quelques mots de remerciements (voir la lettre et la transcription ci-dessous), vraisemblablement en réponse à une adresse qui ne nous est pas parvenue ; nous ne savons quel titre la Société venait de lui décerner, mais ce témoignage atteste assurément des liens étroits et chaleureux qui existaient avec les Amis de la Constitution d’Arras.

This is a title
Copyright Légende Télécharger la photo