Archives - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Indisponibilité du parking et fermeture lundi 13 septembre

Pour raison de service, les salles de lecture respectives des centres Mahaut-d’Artois à Dainville et Georges-Besnier à Arras seront exceptionnellement fermées le lundi 13 septembre matin. Elles rouvriront leurs portes à 14 heures.

En raison de l’organisation des Journées européennes du patrimoine qui se dérouleront les 18 et 19 septembre prochains, le parking du centre Mahaut-d’Artois ne sera pas accessible au public entre le 14 et le 22 septembre. Il vous sera possible de garer votre véhicules le long de la rue du 19-mars-1962 ou sur les stationnements situés avenue de l’Hippodrome.

Nous vous remercions de votre compréhension.

Bonne année !

Carte postale couleur représentant une gerbe de fleurs violettes ceinte d'un ruban bleu ciel. En-dessous, on lit "d'Arras je vous envoie mes souhaits de bonne année". Sur le côté est rajoutée une mention manuscrite "Voeux sincères. Marie-Thérèse. 3 janvier 1908".

Archives départementales du Pas-de-Calais, 38 FI 2447.

Les archives vous proposent de commencer cette nouvelle année en mettant à l’honneur un document brûlant d’actualité : une carte de vœux.

Origines et essor de la carte de vœux

Les origines de cette tradition demeurent obscures, mais il semblerait que dès le Xe siècle, en Extrême Orient, on envoyait des vœux ou des compliments sur des cartolines illustrées.
En France, il faut attendre le XVIIIe siècle pour qu’apparaissent timidement les prémices de cette coutume. Car jusqu’à cette date, il est de bon goût de présenter ses vœux en personne. Vers le milieu du siècle, des "agences" proposent le service de messagers chargés de présenter des compliments à domicile ou, en cas d’absence du destinataire, de laisser sur sa porte les coordonnées de l’émetteur. Dans les dernières années du règne de Louis XIV, cette pratique donne naissance à la carte de visite, développée par les graveurs parisiens de la rue Saint-Jacques. Rapidement détournée de sa fonction première, la carte de visite sert surtout de support à divers messages, dont les vœux de nouvelle année.

Commence alors un véritable engouement qui dure jusqu’à la Révolution. Mais en 1791, un certain François-Yves Raingeard de la Bletterie (élu député de Loire-Inférieure en 1799) s’indigne de la futilité de cette pratique lors d’une séance à la Commune de Paris : Citoyens, assez d’hypocrisie ! Tout le monde sait que le Jour de l’An est un jour de fausses démonstrations, de frivoles cliquetis de joues, de fatigantes et avilissantes courbettes… Le lendemain, la presse fait écho de ses déclarations et le jour de l’an est officiellement banni. Jusqu’en 1797, on procède à une véritable chasse aux sorcières en ouvrant systématiquement les courriers envoyés début janvier pour vérifier qu’ils ne contiennent pas de vœux. Toute personne bravant cet interdit risquait la peine de mort.

Les XIXe et XXe siècles : siècles d’or de la carte de vœux

Fort heureusement, cet épisode noir ne dure qu’un temps et la tradition du nouvel an est bien vite remise au goût du jour. La première "vraie" carte de vœux, en l’occurrence pour Noël, naît grâce au développement de la lithographie et à la création du premier timbre poste au XIXe siècle. Un Anglais, Sir Henry Cole, trop occupé pour envoyer ses vœux, demande à un artiste, John Calcott Horsley, de lui dessiner une carte sur laquelle serait gravé A Merry Christmas and Happy New Year to you à imprimer en 1 000 exemplaires.

Très vite, les Anglais, Autrichiens et Allemands en font une spécificité. Gravées sur cuivre, ménageant un espace pour la correspondance, elles rencontrent un succès considérable. Dès le milieu de XIXe siècle, Vienne ne compte pas moins de 40 éditeurs de cartes de vœux.
À partir de 1895, on imprime en couleur, souvent rehaussée de dorures au fer et de gaufrages avec une amplification à partir de 1903, lorsque l’image envahit la pleine surface. L’imagerie d’espérance et de chance, gaie et colorée, accompagne généralement les vœux de l’an neuf. On nourrit l’esprit populaire du XIXe siècle, encore inconsciemment très chargé de superstitions, avec des représentations de porte-bonheur telles que trèfles, fers à cheval, etc.
Les premiers exemplaires sont millésimés, mais on s’aperçoit très vite que, de ce fait, il est impossible de les remettre à la vente l’année suivante. Certains éditeurs impriment donc en stock des cartes dites "passe-partout" avec un emplacement réservé au repiquage typographique du millésime. Mais la plupart se contentent de ne pas indiquer l’année.

Aujourd’hui, la carte de vœux fait toujours autant adeptes, malgré la propagation de nouveaux supports de communication. Quelle plus belle preuve d’attachement populaire à cette tradition séculaire ? Alors n’hésitez plus à vous emparer de votre plus belle plume pour écrire à vos proches : Bonne année !

Bibliographie

  • Aline Ripert et Frère Claude, La carte postale, son histoire, sa fonction sociale, éd. du CNRS, 2001, 194 p.
  • Paul-Noël Armand, Dictionnaire de la cartophilie francophone, éd. P. Armand, 1990, 798 p.

Commentaires (2)

PAUL Claudine

J'ai appris beaucoup en lisant l'article. Merci d'avoir fouillé notre passé pour en savoir plus sur une tradition qui a évolué fortement au fil du temps.
Je me suis mise depuis longtemps à envoyer mes voeux à ma famille, à mes amis et connaissances. Tout d'abord par l'envoi d'une carte comme beaucoup d'entre nous. A présent, j'envoie (de préférence par courrier postal mais aussi par email) une lettre de voeux à ceux qui me sont chers, en leur racontant notre année passée. C'est la même lettre pour tous; elle est tapée sur mon ordinateur, j'y ajoute quelques photos et le tour est joué. Beaucoup me répondent et me racontent leurs vies aussi; c'est un moment d'échanges entre eux et moi. Certains me diront que ça ne sert à rien... pour moi, cela sert à renouer des liens au moins une fois dans l'année avec ceux qui comptent ou ont compté dans ma vie...
Je n'irai pas jusqu'à demander qu'on tranche la tête de ceux qui ne me répondent pas, mais ceux qui me répondent m'encouragent à continuer à envoyer mes voeux...
Bonne année à tous et encore merci pour l'article.

Le 10 janvier 2012 à 07h52

Anonyme

Article fort intéressant, merci !
La futilité de cette pratique me semble certaine quand on dit bonne année à des inconnus dans la rue ou chez les commerçants (c'est assez fatigant tant c'est con-con de souhaiter une bonne année : à qui souhaiterions nous une mauvaise année ? sûrement pas à la personne en face de nous) , par contre je n'y voit pas de futilité quand on envoie une carte à sa mère qui habite à l'autre bout de la France par exemple. Pour ma part je dois avouer que je n'ai jamais envoyé de carte pour le nouvel an, uniquement lors des vacances scolaires lorsque j'étais petit (à ma famille proche).
A chaque famille sa coutume... mais de là à pratiquer la peine de mort, 'sont fous ses révolutionnaires ! Y a-t-il réellement eu des exécutions suite à cette loi ?

Le 01 janvier 2012 à 14h08