Archives - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Indisponibilité du parking et fermeture lundi 13 septembre

Pour raison de service, les salles de lecture respectives des centres Mahaut-d’Artois à Dainville et Georges-Besnier à Arras seront exceptionnellement fermées le lundi 13 septembre matin. Elles rouvriront leurs portes à 14 heures.

En raison de l’organisation des Journées européennes du patrimoine qui se dérouleront les 18 et 19 septembre prochains, le parking du centre Mahaut-d’Artois ne sera pas accessible au public entre le 14 et le 22 septembre. Il vous sera possible de garer votre véhicules le long de la rue du 19-mars-1962 ou sur les stationnements situés avenue de l’Hippodrome.

Nous vous remercions de votre compréhension.

Souriez, c’est dans la boîte !

Une chambre photographique et ses plaques de verre

Photographie couleur montrant une boîte photographique carrée, en bois et en cuir (pour la partie en accordéon), sur laquelle repose un drap de photographe. À droite de l'appareil est posée une boîte sur laquelle on lit "plaques ultra-rapide". Son contenu est présenté au premier plan, il s'agit de plaques de verre.

Chambre photographique et matériel de photographie, fonds Charles Lecointe. Archives départementales du Pas-de-Calais, 36 Fi.

Photographie couleur d'un sac à bandoulière kaki sur lequel est fixé un trépied replié.

Matériel de photographie, fonds Charles Lecointe. Archives départementales du Pas-de-Calais, 36 Fi.

L’appareil présenté ici est une chambre photographique technique DMR Paris (entreprise Demaria frères, 1897-1908). Cet appareil à soufflet et à plaque de verre, fait de bois et de cuir, est très maniable grâce à sa légèreté et à sa compacité : une fois replié, il tient dans un simple sac à bandoulière.

Il a probablement été utilisé par Charles Lecointe (1884-1975), photographe amateur de talent dont le travail a été plus d’une fois récompensé lors de salons arrageois ou parisiens. En 1996, son petit-fils a fait don aux archives départementales d’une importante collection de supports photographiques (environ 4 500 positifs et 10 000 négatifs noir et blanc sur plaques de verre), ainsi que de matériel de photographie (appareil, trépied, drap, besace, boîtes, etc.).

Un peu d’histoire

Les techniques photographiques ont connu un prodigieux essor au cours du siècle dernier. Hier encore, nous utilisions des pellicules photographiques argentiques, aujourd’hui des appareils numériques. Mais saviez-vous que les premiers négatifs étaient sur plaques de verre ?

C’est Abel Niépce de Saint-Victor (cousin du célèbre Nicéphore Niépce, pionnier de la photographie) qui met au point en 1847 le premier procédé photographique sur verre, en imprégnant des plaques d’albumine. Il faut néanmoins attendre la technique au gélatino-bromure d’argent de Richard Leach Maddox en 1871, pour pouvoir fabriquer industriellement des plaques photographiques, les stocker et les distribuer dans le monde entier sans que leurs caractéristiques chimiques ne se modifient.
Cette pratique couramment utilisée dès 1878 contribue à démocratiser la photographie, jusqu’alors réservée aux professionnels et aux amateurs éclairés. Plus qu’un objet de consommation, elle devient un médium de création accessible au non-initié.

Des moyens de conservation spécifiques

Les plaques de verre conservées dans le fonds Lecointe (sous-série 36 Fi) sont pour la plupart des négatifs au gélatino-bromure d’argent. Ce procédé résiste généralement bien à l’épreuve du temps, mais les dégradations les plus fréquentes sont d’ordre physique (rayures, fêlures, cassures). Les rares altérations de l’émulsion proviennent d’une mauvaise préparation de la surface.

Trois plaques de verre posées les unes sous les autres. Chacune montre une photo en double ; sur la première, on voit une femme sur une plage, sur la deuxième l'ascension d'un groupe de personnes sur un talus et sur la troisième un homme devant des voitures.

Plaques de verre, fonds Louis Peulabeuf. Archives départementales du Pas-de-Calais, 46 Fi.

Un environnement dégradé peut aussi entraîner une argentification, encore appelée "miroir d’argent" : il s’agit d’un dépôt miroitant aux reflets bleutés, observé sous une lumière diffuse. Cette fine couche d’argent provient de l’image : elle a migré sous l’influence de la pollution et de l’humidité pour se déposer en surface.

Il convient ainsi d’aménager un espace de conservation adéquat pour ces supports fragiles. À l’abri de la lumière, les plaques sont rangées dans des boîtes et sur un mobilier spécifiques, ne dégageant aucun résidu chimique ni gaz oxydant. De même, la ventilation est entretenue régulièrement pour contrer les effets des gaz polluants.

Enfin, la température ne doit pas excéder 18° C et le taux d’humidité relative (HR, mesurée par un hygromètre) se situe idéalement entre 30 et 40 %. En effet, la gélatine favorise le développement des micro-organismes dans une atmosphère chaude et humide et l’émulsion, devenue collante, adhère à la plaque suivante et s’y fixe. Il en est de même lorsque l’air est très sec.

Les archives départementales conservent d’autres appareils photographiques de diverses époques, ainsi que des plaques de verre et négatifs provenant d’autres fonds. Ces documents pour le moins inhabituels ne sont pas communicables en salle de lecture en raison de leur fragilité.

Pour en savoir plus

  • Patrick Wintrebert, Charles Lecointe : photographe et barde de l'Artois (1884-1975), Histoire et Mémoire, 10, 1997, p. 4-5
  • Bertrand Lavédrine, (re)Connaître et conserver les photographies anciennes, éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2007, 345 p. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHB 7193
  • Normand Charbonneau et Mario Robert, La gestion des archives photographiques, Presses de l’Université du Québec, 2001, 306 p. Archives départementales du Pas-de-Calais, BHB 6418

Commentaires (1)

valentin

un superbe descriptif de la photographie au temps de mon grand père

Le 29 août 2015 à 18h43